31/01/2005

Moving......

Addicted is moving to http://addicted-to-chaos.blogspot.com
 
Please follow-up the links, thanx for your greetings...

00:06 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/01/2005

So Wicked and Worn..

Revoir Miss Parker, c'est à chaque fois un défi, c'est à chaque fois une incertitude...
C'est à chaque fois se dire que pour un détail, une bride, un vent, Miss Parker et moi allons nous retrouver flingue tête contre tête, à nous détester, nous haïr, nous aimer...


Je n'ai jamais oublié Miss Parker, et je ne pourrai probablement jamais l'oublier, elle est sans doute la personne qui me retient, avec ma famille, quelques proches, sur cette petite boule...
Elle est sans doute la première que je déteste, et sans nul doute l'unique personne  restante que j'accepterais, et que j'aimerais consoler dans mes bras lorsque cela ne va pas, ce qui fut le cas il y a deux jour...

.....................
 
J'ai passé une agréable soirée avec Miss Parker, malgré que celle-ci me laisse toujours par son silence quotidien, permanant, en doute à l'importance de ma présence...
Oui... j'ai pour une fois pu dormir, et je ne me souviens plus trop encore une fois de cette soirée avec elle la veille...
Oui, elle est sans nul doute la seule personne qui arrive encore à faire en sorte que je puisse me laisser aller à un point de me laisser un unique souvenir, celui d'un bien être, sans aucun détail à ma mémoire.
 
 
.............
 
Aujourd'hui, me revoilà, après x verres de Strongbow, à 5h du matin, à essayer de noyer ce que je suis dans des verres à l'allure éthylique, à essayer de m'oublier, d'oublier tant de choses, et à n'être finalement que le triste reflet de ce que je suis...
Un pâle personnage disposant de moyens financiers hors du commun pour mon âge, quelques connaissances intellectuelles légères mais hétéroclites, un peu de charme, et surtout un grand vide en moi...
 
 
.........
 
Lundi, je déciderai de les rencontrer ou pas...
Lundi, je déciderai de pouvoir penser ou pas à accepter partir travailler en irlande pour 3 ans, à tout quitter, famille, amis, de m'oublier, de vous oublier, d'oublier mon passé, d'oublier qui je suis, et de saisir cette chance extraordinaire de travailler pour cette firme, d'avoir un bel "add-on", et de reconstruire ailleurs...
Lundi, je déciderai si finalement, rapidement, d'un coup d'âme, si je laisse tout ici, pour tout recommencer ailleurs...

J'en ai tellement envie et de manière amusante, de manière opposée, tellement peu envie de quitter ces rares êtres chers...

 
Lundi...  y réfléchir... Dimanche... déjà réfléchir à réfléchir...

04:55 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/01/2005

Moving ?

Addicted-to-Chaos va prochaînement se diriger vers BlogSpot (http://addicted-to-chaos.blogspot.com)...
 
En attendant, je fignole 2/3 choses comme notemment un nouveau design (vu qu'aparemment d'après certains échos, le nouveau template par défaut vous donner une envie de faire une pizza de 2 mètres...)
 

Pour le reste, force est de constater qu'en recevant un sms de mon ex me demandant quand elle peut venir récupérer les quelques € avancés pour prendre quelques fringues rapidos avant de partir, que pour certaines personnes on ne perd pas le nord...
Point positif, elle ne semble pas trop souffrir...

10:54 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/01/2005

No Talk...

Je désserre ma montre, j'allume une clope au passage en finissant d'engloutir un bol de soupe, un repas qui changera de la chimay/merguez rapide de ces derniers jours...
 

Une taffe, le temps de fermer les yeux...
Une taffe, le temps de juste sentir la montée rapide à travers le sang jusqu'aux récepteurs synaptiques, le temps que l'alchimie chimique se  fasse et engendre une réaction électrique de stimuli orgasmique dans les quelques neurones encore capable de fonctionner, le temps d'un soupir de plaisir, un des rares ces derniers jours...
 

Ah... l'amour...
Vous savez, le vrai "amour", celui que l'on sent dans ses tripes, celui qu'on sent dans le coeur...
Cet espèce de chose remplie de chaleur, bouillante, cette boule qui naît au fil des secondes qui passe en vous enfonçant de plus en plus dans ses yeux à l'éclat d'une bouger, qui fait ralentir le temps...
Oui, cet espèce de "magie" qui fait que l'on n'a pas besoin de mots ou de dire des mots pour se comprendre, que l'on se lit, que l'on se transperce, que l'on se traverse, à travers le regards, à travers  les mots, à travers les caresses, qui fait que l'on n'a peur de rien ,que l'on se lance sur un coup d'élan, qui vous fait vous demander ce qui vient de se passer à l'instant même, pourquoi "ce" baiser, ce qui vous a pris...

 
Vous y êtes?
Vous me lisez, vous souriez, vous vivez cela même à l'instant présent, vous pensez à cet autre avec lequel vous êtes, vous pensez même l'appeler pour le plaisir...
Bien...


STOP !!!!
 
Ben non, désolé...
On arrête la pélicule, la bougie vient de couler sur le bureau en bois et le mélange de vapeur de cidre en état gazeux vient de fouttre le feu chez vous, vous venez de renverser la bouteille de vin par la même occasion sur le canapé à 5000€ que vous venez d'acheter et sur l'hôte assis à vos cotés...
Non...
 

Désolé, on ne me vendra plus ce deal...
On ne me vendra plus de fausses impressions qui ne sont que quelques stimulis neuronaux, qu'un ensemble de courant électrique et d'hormones, on ne me fera plus rêver, courir, pleurer, aimer, souffrir, m'agenouiller et espérer...
Non...
On ne me vendra plus ce film commercial, on ne me forcera plus à me sentir bien à offrir des fleurs, à claquer ma visa au crédit difficilement vidable en un jour, à écrire ces mots ou à les dire, à préparer un long dîner copieux et à ranger ma taverne d'hermite pour éviter que l'autre soit enseveli dans un marécage de fringues laissées le matin par fatigue à l'entrée de la douche où à faire un Strike dans les bouteilles de chimay...
Non...

 
 
Mercredi... rentrer de boulot, et profiter de ce jour de congé, peut être faire en sorte d'être viré pour faute grave pour bénéficier d'un long we et d'éventuelles semaines de vacances au cas où je ne signerais pas ce nouveau contrat...

Mercredi... taper mes chemises et mes costards au pressing, cirer mes pompes, verrouiller les portes et couper la sonnette, je n'ai ni envie de parler, ni de voir, ni décevoir mes amis...
Non...

 
Je souris...
Peut être... oui, peut être que j'aimerais qu'une présence féminine vienne chez moi et me foutte une baffe à m'en souvenir toute ma vie, me dise que je ne ressemble à rien et que je suis un misérable, être étonné sans doute de voir quelqu'un m'aimer à ce point que pour en arriver au triste labsus de me haïr de cette souffrance née de ces sentiments de voir quelqu'un qu'on aime n'être que rien...
 

Non...
Je n'ai envie de rien, c'est un vide profond, intersidéral, un ennui, une lassitude, une insensibilité, un goût fade de n'être plus agréablement étonné et ému par rien, le signal d'alarme mort à force d'avoir trop sonné pour prévenir que l'on arrivait au réservoir de réserve de la cuve à amour, douceur, tendresse, efforts et volonté...

Non...
J'ai juste envie peut être de cloturer mes comptes, d'attendre le coup de tête de se dire "c'est maintenant, tout de suite, dans 5 minutes, pas le temps, le minimum, et on y va", de prendre un billet et de me tirer comme un prince ailleurs...
 
Non...
J'ai encore trop de décharges d'humanité, de tendresse et d'amour qui s'accrochent, tenaces, inutiles, hantants, pour le faire...
Une question de temps, Mister S...
Une question de temps...

23:41 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

24/01/2005

Forgotten words, forgotten brain...

Elle avait ce visage d'ange qui m'a toujours fasciné, cette douceur dans le regard qui me troublera sans doute encore toujours un peu, le visage et le corps d'une fille qui ne fait pas son age, elle fait sans doute partie de ces rares femmes où je pense voir un ange lorsque je la croisais, et vis à vis de qui je n'aurais rien touché, trop d'amour, trop d'innocence, trop de beauté...
 

7 ans plus tard, je la croisais aujourd'hui, main dans la poche arrière d'un espèce de jeune rital aux allures plutôt bob marley, incapable de marcher droite mais à 2 ils arrivaient à avoir un mouvement assez équilibré pour que cela fasse maladroit...
Elle a perdu cette étincelle de vie dans son regard, celle-ci s'est plutôt évanouie dans des cernes noires autour des yeux, et les formes charmantes de son corps se sont transformées en quelques courbes masquant à peine une ossature fragile...
 
7 ans plus tard, je la croisais aujourd'hui, je l'ai regardée, défoncée à mort par la coke ou l'héro, une petite étincelle de lucidité s'est allumée dans ses yeux lorsqu'elle a croisé mon regard et mes yeux qui ne savent plus pleurer depuis longtemps et puis quelques secondes plus tard elle a disparu sans doute sous quelques traces stupéfiantes apportées par le sang...

 
J'ai couru pour trouver la sécurité, pour elle... parce que je n'ai pas eu le courage de lui prendre le bras et de faire ce que j'avais peut être à faire...
J'ai couru pour trouver la sécurité, me disant que peut être, on la placerait, on l'aiderait...

J'ai couru la moitié du shopping et mes pas se sont faits moins rapides au fil des secondes, se sont ternis au fil des secondes où ce sentiment de vide me reprenait soudain, et je me suis finalement arrêté avec l'envie de taper mon poing dans une vitre, le souffle court, coupé par mes sanglots intérieurs...

 
Je suis rentré en y repensant, une flaque de vomi à la sortie du métro, réalisation matérielle de cette envie intérieure, j'ai allumé les lumières, passé un vieux disque sur la platine, allumé une clope et ouvert une chimay...
Elle cherche peut être simplement un moyen d'échapper à ses démons, je suis certainement très mal placé pour juger et pour comprendre moi qui suis passé par là...

J'ai allumé les lumières, passé un vieux disque sur la platine, allumé une clope et ouvert une chimay, j'ai arrêté ces saloperies depuis longtemps mais le décès clinique cérébral est pourtant là...

23:18 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Day 24

Couper les rares lumières encore non grillées, finir cette clope, se taper dans le cendrier...

Demain, me lever, prendre 2 aspros, un café, un xanax pour supporter certains, piquer un paquet de clopes au night shop, courir, runner, s'occuper l'esprit, se défoncer au boulot, rentrer, piquer un paquet de nouilles ou autre truc-rapide-à-cuisiner, ouvrir quelques chimay, mater la tv, s'écrouler, et surtout, surtout, ne pas penser...
 
Over pour ce soir...

01:48 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

23/01/2005

...

De retour de soirée... de retour de ces trops nombreuses soirées....
De cette envie d'écrire qui fut l'origine, l'essence de cette envie et de cette qualité d'écrire...
De ce besoin de déverser une overdose de choses...

Ah...
Le célibat...
L'occasion de pouvoir contempler sans gêne et sans scrupule les jolis échantillons de sexe féminins...
Le dégout de voir ces  femmes me vouloir, me  ravir, vouloir me ravir un baiser...
Non, femmes, je ne suis pas celui que vous croyez... non...
Chaque baiser donné de ma part est un baisé ravi, chaque caresse, douceur,soupir, fut un geste, une émotion volée à mon âme, fut quelque chose de mérité, de conquis...

Non...
Je ne suis pas véritablement homme à se donner ainsi, non...
Je me suis toujours donnée entièrement à ceux qui le méritaient, à ces rares personnes qui ont eu la chance de pouvoir me toucher, ou me faire tomber...


Finalement, tout cela relève de l'esprit...
Nous décidons de ce qui nous touche ou pas...
Nous décidons involontairement et d'un certain coté volontairement du développement de nos sentiments..
Nous décidons involontairement et d'un certain coté volontairement de l'impact et de l'importance de la douleur, mécanisme chimique, sur notre corps, sur notre esprit....
 
 
Oui...
J'aime cette chance d'avoir compris cela il y a bien longtemps...
J'aime d'une certaine manière cette inhumanité que je puis posséder quand je le décide...
Oui...
J'aime et je bénis le fait de pouvoir arriver à rester dans cet état de létargie, de curiosité et d'envie de découverte, d'ennivrance, de charme qui me permet finalement d'éviter un long bloquage...
 

Oui, ce soir, la chair était fort faible de multiples parts et il aurait été facile de pécher; mais je n'en ai eu aucune envie et je n'ai nullement cédé....
Oui... il reste beaucoup trop d'innocence et de respect en moi malgré le temps...

05:02 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2005

Everybody Cries...

No return time...
 
Aujourd'hui, nous avons eu le courage de sceller une relation d'un an qui depuis ces quelques semaines se dégradait...
Le genre de relation où l'on se sent plus "amis profonds" qu'autre chose, le genre d'amour intense que l'on porte pour l'autre, le genre de départ, d'adieu à des êtres trop rares, trop purs...
Le genre de moments où l'on a le courage du fond des poings, des tripes, de reconnaître les choses qui s'imposaient, que l'on n'osait s'avouer...
 
 
Je crois qu'il est difficile de mettre des mots sur ce genre de relation, comme il est difficile sans doute de mettre des mots sur une relation père-fils, sur ses impacts, sur ses aboutissements, sur ses modifications...
Oui, elle m'a rendu meilleur, ils m'ont rendu meilleurs, elle a soigné mes plaies à vos côtés, dans l'ombre, elle nous a permis de construire un oasis de paix et d'amour que je n'avais plu su construire depuis longtemps...
Et pour celà, sans doute, je ne pourrai jamais assez l'aimer ni la remercier...
 

Bien au delà, c'est une grande page du livre qui se transforme petit à petit...
Celle de mes 26 printemps approchant, celle de ma conscience, celle de ma confiance, celle d'un être trop humain qui a grâce à vous et grâce à elle accepté ses faiblesses, ses qualités, et qui a su petit à petit s'ouvrir, accepter votre amitié, et redonner petit à petit, malgré mes erreurs, malgré parfois le tort que je vous ai fait.
 
 
Pour toutes ces raisons, parce que cette relation cachée à beaucoup de gens pour nous protéger, pour la protéger, pour me protéger à vos yeux se termine, c'est aussi l'occasion comme je disais de tourner une grande page...

 
Au fil du temps, quand je relis mon blog dans le passé grâce à une nouvelle lectrice anonyme, et en constatant que la magie, la profondeur, la cohérence de mes textes se fannit, avec ce courage et ces pages tournées de mon passé, il en arrive à un point où comme ce soir, on se retrouve seul, moralement, mentalement, parce que rien véritablement ne peut arriver à donner une impulsion électrique tant que le récepteur n'est pas sorti de sa paralysie provisoire...

Libre désormais enfin de toute attache sentimentale, il arrive un moment où il fait bon de se coucher sur son lit et à tout oublier, à s'exiler du monde, à regarder le mur, et à s'évader dans un vide spirituel et mental absolu en attendant que le temps passe, en se disant qu'il faut trouver une "borne" de fraîcheur pour s'y connecter, à prendre son sac de couchage et à partir sans pour une fois regarder à la direction...
 
 
Mr P & Mr F s'exile un petit temps, que ce soit en blog qu'en Real Laïfe (avec un accent anglais bien typé), veuillez par avance l'excuser...

01:34 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/01/2005

Job Request...

Si l'ambiance au travail est devenu extrèmement malsaine, passant au stade du "tout le monde pense mais nous ne pensons rien", au point de vérifier chaque détail avant de partir pour éviter d'avoir une mine joyeusement laissée par un collègue, la situation s'améliore grâce au fait que je viens de me faire contacter par 2 employeurs pour être interviewé, ce qui, je dois l'avouer, me rend assez enthousiaste et sur un petit nuage...
 
Patience, avec un peu de chance, beaucoup de démonstration de motivation, c'est bientôt fini...

J'ai envie de vacances...
J'ai envie de paix...

12:22 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

16/01/2005

Dead Can Dance...

Entre deux toux violentes du genre "j'me suis chopé une grippe et une bronchite et j'ai pas d'bol moa" et une clope du genre "pfff... sale accro de merde, j'vais en crever un jour de cette saloperie", je me suis dit que finalement, non...

Non... j'peux pas mourir aujourd'hui, ni demain...
Pourquoi ?
Voici les raisons :
 
  • Après avoir ingurgité 2 assiettes de sois disant "pâtes jambon fromage crème" (miam ?) d'un soi-disant meilleur ami, si je survis d'ici demain, après cela, je ne risque pas de crever d'une intoxication alimentaire
  • Suis un enfoiré... et comme Pinochet, et autres saloperies du même genre, c'est bien connu, comme les mauvaises herbes, c'est résistant
  • J'suis tout ému de voir un couple d'amis proches et j'attends la naissance d'un prochain évènement
  • J'ai à assister d'ici quelques mois à mon premier mariage (non non, pas le mien hein, je suis toujours disponible ;) d'une amie chère et j'peux pas rater cela

En parlant de mariage, ou au moins à court terme, je dois toujours

  • réussir à convaincre Adrénaline et Amaretto que je suis leur homme idéal (et y'a du boulot donc... ;)
  • rouler une grosse pelle à Pakal juste pour le plaisir d'être un gros dégueulasse et l'emmerder
  • trouver une femme correcte, mignonne, intelligente ET célibataire (4 critères difficilement réunissables en un)
  • une fois trouvé celle-ci, réussir à faire en sorte que je lui plaise ET la garder (ca fait 6 critères, taux de probabilité de réussite faible...)
  • tout doucement penser à pt'être faire un "format Brain" et REpenser et REcroire aux sacrés valeurs "famille, enfants" (se choper à la bibliothèque et lire des romans à l'eau de rose, se retaper Shrek en boucle...)

Et enfin, toujours dans les plaisirs masturbatoires mais mentaux cette fois-ci :

  • Dire publiquement à x y et z que ce sont  des connards finis (même si finalement, des fois, j'ai pas été mieux...)
  • Faire mes excuses à certain(e)s pour avoir été un connard fini
  • Gagner au Win For Life (difficilement faisable en ne jouant pas) juste devant un mec bien friqué pour dire "tu vois, moi aussi j'peux le faire"
  • Débaucher une baronne (oui oui, vous savez, ce genre de personne du genre "pas de folies avant le mariage")

etc... etc... etc...


Bref, pour toutes ces raisons, je ne peux pas mourir...
Bref, pour toutes ces raisons, j'ai encore plein de buts dans ma vie à accomplir
Bref, pour toutes ces raisons, j'arrête de raconter des conneries, et je m'y mets dès maintenant...


Bonsoir !

22:02 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

13/01/2005

Take a look...

So...
Take a look at me now,
Well there's just an empty space,
There's nothing left here to remind me,
Just the memory of your face...

22:48 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/01/2005

Calling All Stations...

23h53, le capt'ain Mr P accompagné de son fidèle Mr F émettent sur les ondes de la blogosphère...

- Part Of Self Reflexions, Last Day, Feel My Sensations Disappearing -
 

Durant des années et des années, j'ai eu un espèce de "don", enfin... un "don"...
J'ai toujours ressenti les choses, un peu comme si on m'avait involontairement greffé un émetteur/récepteur sentimental un peu plus performant que la moyenne, un "truc", un "brol" qui aurait la faculté de ressentir et d'émettre plus de choses que la moyenne des gens...

J'ai toujours considéré cela comme un destin inexorable, une chance extraordinaire tout comme une malédiction, un "outil" d'analyse supplémentaire qui me permettrait de pouvoir comprendre, mathématiser et rationnaliser plus efficacement la grande équation de ma vie en pouvant mieux saisir et prévoir divers paramètres psychologiques, sociaux, et le fonctionnement de l'âme de certains...
 
 
J'ai toujours aussi eu la chance de pouvoir ainsi compenser mon manque d'intelligence par cet outil, par un ensemble de capacités développées au fil du temps de "flairer" et d'observer énormément les choses...
J'ai toujours eu cette chance que de savoir réagir dans l'urgence et d'en prendre des décisions rationnelles et efficaces...
Oui, comme disait un ami proche il y a des années : "c'est dingue, tu peux être dans les pires merdes, t'arrives toujours à rebondir sur tes pattes"
Oui... peut être est-ce la la caractéristique des enfoirés et des salauds de mon genre, une dérive darwinique malsaine de "s'adapter pour mieux évoluer" agrémenté d'une sauce "requin maison"
 
Et pourtant...
Ces petits signes, curieux, s'accumulant, sont plus que le signe d'un simple hasard...
Ils viennent à moi comme une réponse alors que j'étais mal, ils viennent d'eux même se présenter à mon regard, à mon âme, pour me faire me rendre compte d'une chose essentielle...

 
- All the broken promises, all my good intentions don't add up to very much
  And I realise whatever happened, whatever happend -

 
Et pourtant...
Ce soir,     Elle - et  Nous -   nous sommes séparés, parce que le passé n'a pu être, parce que le présent ne peut être, et que l'avenir ne sera, par peur, par désagrégation de ces sentiments passés et de ce passé s'accomplissant jour après jour...
Ce soir,     Elle - et  Nous -   ne nous poserons plus jamais la question de savoir si nous étions amis, ex, amants, passé, présent, futur... 
 
 
- I remember all the moments that I've wasted in my life -
 
Après une trop xème nuitée de rêves de Elle, après avoir en partie réglé nos comptes, après près sans doute trop d'années d'espoirs, d'amour que je n'ai jamais, et que je n'aurai peut être jamais le courage de dire par cet égo de "mec, un vrai, un pur"
Après tant d'années à m'être battu, après tant d'années d'avoir essayé de la faire rester à mes côtés l'espace d'une nuit de passion enflammée sur le coup des souvenirs sans avoir eu le courage de lui dire ces mots...
 
On se sépare trop souvent de nos jours, on oublie l'essentiel, on oublie ces plaisirs de recharmer l'autre, on oublie ce regard comme le premier jour, on oublie ces moments d'arrêts pour prendre l'autre dans ses bras et lui dire "je t'aime" en pleine rue spontanément...
Je l'ai trop souvent oublié...

 
-  It's not about us anymore
   It's not about hate

   It's all about the reasons
   That we think we're fighting for

   
   It's not about anger
   It's not about wanting
   I know we have our problems
   But we're not the only ones, we're not the only ones
   It's not about you, it's not about me...  -


00:36 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/01/2005

Fall down and jump !

Un intermède, un moment de pause, un moment de spleen... de gros spleen...

Chacun, je pense, a eu un moment dans sa vie où il a eu une sorte de "révélation", de certitude...
Ce genre de chose peut être, que l'on se refuse à voir, ce genre de chose dont on n'est jamais sûr, un peu comme certains croyants tombent sur un "signe" qui leur confirme ce qu'ils auraient pu éventuellement douter, ou confirmer, par quelques méditations, qui leur prouve indéniablement, que oui, "Lui", existe...
 
 
Ce soir, c'est un peu finalement la même chose...
C'est un coup dur pour moi, c'est aussi un malaise, une envie de se mettre à pleurer de tout son corps, c'est cette évidence d'être soudain "nu", à découvert, de n'être qu'un homme, avec ses faiblesses, et surtout, en pleine faiblesse...
Oui, ce soir, je ne suis pas bien, même pas bien du tout... mais contrairement à une époque, je finirai mon verre, je  finirai mon post, je finirai de vider ce trop plein d'émotions sur cette page blanche, cette éjaculation malsaine et exhibitionniste mentale et morale que sont, d'un certain coté un blog et j'irai me coucher, meilleure chose à faire...
 
 
Je me vide ce soir, mais bien au delà, je me vide moralement...
Au fil des années, au fil du temps, j'ai aimé, embrassé, et fusionné les rencontres, les amours, sans nul doute à cause d'une efflusion d'amour trop profonde d'aimer, et d'être aimé...
Je me suis nourri à chaque instant, à chaque moment, de ces échanges magiques, enrichissants, regorifiants d'amour réciproque, équilibrés ou déséquilibrés d'une part où d'autre, j'ai été rempli de vigueur physique, morale, et mentale...

Au fil du temps, au fil des mois qui ont passé, au fil des ruptures, au fil des trahisons commises ou  vécues, je me suis assagi, je suis devenu plus sage, moins ouvert, moins vertueux, plus méfiant, plus attentif à ce que je donnais et recevais, pour arriver à la conclusion ce soir que finalement, le bilan est amer, et douloureux à supporter
 
 
Je suis un arbre sec qui s'est vidé de sa sève d'amour au fil du temps, et qui en se désechant, a moins désiré prendre de sels minéraux dans la terre à laquelle il était attaché, je suis devenu incapable d'être véritablement touché et être aimé parce que je suis arrivé depuis un bon bout de temps à un point où la peur, les angoisses, les doutes, la méfiance, les plaies ont occulté petit à petit mon coeur et la lumière qui s'en dégageait...
Oui, je me rends compte que je ne sais plus aimer et être aimé véritablement
 
 
En regardant "Nuits blanches à Seattle", je me suis mis à regarder l'espace d'un instant ces ciels étoilés, ces espoirs, cette envie de dire que finalement, l'amour, c'est quelque chose que l'on sent dans les tripes, c'est quelque chose qui ne se réfléchit pas, mais qui se vit intensément des deux côtés, qui frise à la limite la folie, ou la beauté parfaite, c'est ce regard enflammé et ces baisers des deux cotés, ces instants à 2 où le monde s'arrête et pourrait s'effondrer autour de nous et qui font que l'espace temps est une notion disparate...
 
Non... je n'ai plus aimé et été aimé depuis véritablement très longtemps, trop longtemps, je ne sais plus le faire, et je n'arrive plus à être touché par ceux qui ont le bonheur de vivre cet amour et ces moments présents...
 

"La vie ne vaut pas la peine d'être vécue, si l'on ne sait plus être touché par la moindre émotion... c'est un peu vivre dans un monde sans douleur, sans nuance, sans goût ni odeurs..."
Laissez moi sortir de la matrice...

23:10 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

06/01/2005

In the heart...

Au centre d'un objet quotidien...
 

Faut-il y voir l'origine de l'univers ou la quintescence de l'être humain ???

03:32 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/01/2005

Lights......


 
Peut être est-ce là une explication pour cette appelation ancestrale d'"or blond" ou "Humulus Lupulus"...

01:56 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/01/2005

Silence must be heard...

Après une journée "noire", je n'ai rien à dire, excepté peut être que c'est à ce moment là que l'on déguste le mieux le silence absolu en compagnie d'une Chimay...

Penser à arrêter de courir... un jour...

22:35 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Lights

J'ai toujours désiré n'être qu'une trace, qu'un moment, un flou, un jet de lumière...

 


 

Moi, tout simplement...






01:22 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/01/2005

Moskva...

En recroisant son fantôme, elle m'a rappelé un époque, des lieux, des visages et ces longues files pour tenter d'obtenir quelques maigres carbonades "consommables" 


Saint-Petersbourg, il y a 10 ans, en croisant son fantôme, j'ai pris cet instant, une marque sans nul doute de mémoire, de vie sur papier...

22:49 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

01/01/2005

Happy New Year...

Argh... Mr P & Mr F pour la première fois se font un plaisir de vous souhaiter une très très bonne année 2004...
 
2005, que cette année soit le berceau de grandes réalisations, que ce soit personnelles, sentimentales, professionelles et familiales...



2005, une nouvelle année, avec plein d'espoir, plein d'amour, et pour certains, je l'espère,
encore de longs moments, rires, soirées, et peut être, des liens encore plus forts.

2005... Oublions nos faiblesses, oublions nos fautes, oublions les torts que nous nous sommes causés tous mutuellement, et allons de l'avant, je vous envoie tout mon amour en direct de France...

02:31 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |