31/12/2004

Finger ? Not a whisky first ?

Même si je n'ai pas été invité à fêter le cap des 10.000 en venant fouttre le bordel, ni à descendre du pequet en compagnie notemment de top modèles et de gens tout à fait neutres,
 
C'est pas grave, ma chimay bleue en fin de soirée et la compagnie d'un bon ami cet après midi font que finalement, je résiste à la tentation de me jeter du haut du 1er étage de mon bientôt ex-futur flat...
 
 
Comme dirait l'autre... "t'es plus mon meilleur amiiiiiiiiiii", ou "nous nous séparons d'un commun accord" (sic) et puis finalement, j'ai toujours trouvé que le pequet était une boisson fort légère, sans nul doute peut être à l'image de la cité ardente...

00:24 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/12/2004

Fear

Je ne sais pas ce que j'ai ce soir mais...

J'ai cette impression que les gens à qui je tiens s'éloignent et cela me fait mal / peur
 
J'ai cette envie de voir une personne bien précise, et donc de débarquer chez elle à la "gros lourd" et d'hésiter à lui faire un gros "sluuuuuurps" où à lui casser la tête contre le mur pour être aussi peu présente et causante ces temps-ci et surtout, pour le nombre de fois où nous nous prenons la tête pour rien
 
Et surtout... réaction de fuite, réaction de peur, réaction d'enfant, ces 3 jours me séparant du "go away" me creusent, me minent, me hantent, me brûlent ardemment...


Merde, j'avais avoir 26 ans, je pense, je vis, je réagis exactement comme ceux que je connaissais à l'époque, cela fait peur...
Non, ce n'est pas une peur du changement, non, ce n'est pas une peur de devenir adulte, c'est tout simplement que je ne vois pas ma future vie ainsi, et que ce besoin fou d'aimer les fêtes, d'aimer la vie, et d'aimer certaines personnes à ce point me fait très peur...

02:45 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/12/2004

Life

En réponse à un ami...

 
Nous traçons notre vie, nous avançons pas à pas dans le sable, nous vivons, nous subissons tempêtes, raz de marées, vagues de joies, de bonheur...

Parfois, notre chemin croise certains, les pas se font à deux, à plusieurs, pour parfois se tarir au fil du temps, le temps d'avancer à nouveau seul, différemment, avec une once de souvenirs et une présence indélébile au fond de nous apportées par ces rencontres...

La vie, c'est cà, c'est ces petits pas que nous faisons, qui nous mèneront quelque part, mais l'important n'est pas où nous arrivons mais bien le chemin parcouru pour y arriver...

00:49 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/12/2004

Humanity

Il y a beau dire, après une soirée au claridge, mes sentiments se confirment et sont les suivants ..
 
  • Vive le rayon colruyt en direct... oui, un étalage de chair, c'est beau, mais reste quand même un arrière goût malsain au fil du temps
  • Tous mes amis sont casés ce soir exceptés un... cela fait plaisir, une sorte de "mission réussie" même si je ne suis pas totalement responsable de ce fait...
  • Les femmes, c'est comme les mecs, 90 % de salauds, à vomir, on se bouffe les tripes pour rien...

Bref... faut pas me faire chier ce soir...

Ah oui, j'avais oublié, joyeux noël...

04:23 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

23/12/2004

Fly Away...

Je les regarde et je soupire, j'ai des vagues souvenirs de fumée de cigarette, de tv légèrement nuageuse, d'un star wars à la télévision, c'était la première fois que j'étais dans un hôtel pour d'autres raisons que familiales, c'est embrumé dans ma tête et je ne me souviens plus qui était présent...

 

 Un hôtel 2 étoiles correct dans l'une de ces petites rues sombres de paris, il faisait noir et c'était en hiver, nous sommes sortis nous promener voir les champs élysées illuminés, cette brume, ces images, cette ombre sur lesquelles je n'arrive à mettre des mots, un nom, un visage, des actes...

Cette envie de partir de plus en plus pressante, il ne reste que 7 jours...


22:22 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

22/12/2004

Evolution ?

Bonne fin de soirée avec une vieille amie, quelques cigarettes dans le cendrier pour terminer un bon rosé dans le canapé à discuter de tout, de rien, de la vie, de notre problème réciproque à communiquer, du problème commun de trouver des personnes qui seraient en quelque sorte notre reflet d'âme dans la vie réelle, et surtout, de trouver ces mêmes personnes pour qui des sentiments pourraient naître réciproquement...
 
 
C'est là où tout d'un coup, entre 10.000 conneries débitées réciproquement sur la soirée (dieu sait que je tiens sans nul doute la palme record du nombre de débilités sorties spontanément, les soirées intellectuelles sérieuses sont d'une morosité affligeante), je parviens à ce début de réflexion qui me poursuivra jusqu'à cette heure tardive...
 
 
"Nous vivons dans une société qui nous force à nous adapter de manière permanente, et qui nous pousse à devenir le plus souple, et le plus évolutif possible.
D'une certaine manière, notre société actuelle combine merveilleusement capitaliste et darwinisme, et a amorcé bien avant la révolution industrielle la révolution comportementaliste.
Oui, en effet, de nos jours, même à un âge adapté et avancé, nous devons nous former, nous recycler, acquérir de nouvelles connaissances technologiques, et de ce fait, approcher pour tenter d'intégrer divers mondes pluralistes et hétéroclites scientifiquement, humainement et socialement.
De ce fait, nous engendrons chez une multitude d'individus une biodiversité comportementale et adaptative d'une extrême variété qui se rapproche finalement la virologie naturelle, évoluer pour survivre, évoluer néanmoins dans une courbe exponentiellement faible de telle manière à ne pas aboutir à une crise qui pourrait mener l'espèce à la disparition
 
Bien au delà, tout est lié...
Par cet accouchement violent, rapide et forcé de multiples personnalités à caractères évolutifs et adaptatifs, nous n'en générons pas moins des milliards d'individus aux paramètres psychologiques, physiques et cognitifs extrèmement variés, qui se cherchent, tout en cherchant en grandes lignes d'autres individus pour finalement difficilement se regrouper tout en se séparant de par cette extrême pluralité.

Nous évoluons, nous façonons autour de nous un monde aux possibilités innombrables dans tout domaines, nous arrivons dans un monde où nous débordons de moyens de communication tout en détruisant la communication humaine, où nous pronons la solidarité dans nos propres coeurs politiques et internationaux tout en cultivant l'indivualisme personnel professionel.
Nous créons, nous détruisons, nous décidons du bien et du mal, nous cherchons à étendre la liberté sous toutes ses formes tout en tentant d'ériger et d'imposer de multiples règles pour mieux régner et cohabiter

Nous vivons dans un monde qui est sans nul doute un monde bien meilleur et bien pire que nos aieux l'ont connus, cela se résume finalement au paradoxe de savoir si la sélection et l'amélioration d'une espèce bien particulière entrainant la disparition d'autres espèces dites "plus faibles" est un atout et une perte..."
 
Darwin y a t-il seulement pensé un soir ?

01:37 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

20/12/2004

Deception...

La blogosphère est à l'image du monde, il y a du meilleur et du pire, de touchants témoignages, des blogs qui vous envoutent, d'autres qui vous emmènent en voyage, d'autres qui enfin vous font percevoir le côté sombre de l'âme et de l'être humain
 
Derrière les blogs, nous l'oublions trop souvent, il y a des gens... des gens qui sont humains, avec leurs qualités et leurs faiblesses, leur multipluracité, et surtout pour certains comme moi une qualité qui est également un défaut, à savoir la franchise...


Parmi ces gens se trouvent un ami cher, qui depuis hier soir, suite à un incident de commentaires anonymes sur le site d'une Bloggeuse qui se reconnaîtra, s'est fait accuser et cuisiner sur msn, le tout sans aucune preuve, sur le seul leid motif de ne pas apprécier celle-ci...
Alors quoi ?
Même si j'ai pour habitude d'éviter les conflits, et de surcroît de publier un avis public, il y a des faits que je trouve tout à fait intolérables.
 

Pour qui vous prenez-vous, oui, vous, pour accuser quelqu'un sans aucune preuve, vous permettre de penser qu'une personne de 30 ans bientôt père n'a rien d'autre à faire que de jouer à des jeux de gamins anonymes, pour qui vous prenez-vous pour vous permettre de le juger, et ce, publiquement, sans aucun respect, et sans aucune preuve ?


Et quoi ?

Moi non plus, je n'aime pas les photos de V., je les trouve même d'un goût de chiottes et dignes de tapisser la niche de mon chien, c'est mon avis, je ne l'ai jamais caché...
Et donc, maintenant que vous le savez, quoi ?
Vous allez tous aussi m'accuser ?
 

Tout ceci pour dire que ce qui est un acte d'enfants (des commentaires anonymes) devraient être traités tels quels, à savoir l'indifférence et l'insouciance, et non pas par une exhorte de foule et la lapidation du premier venu...

Vous me décevez, tous, toi V. la première...

15:58 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

18/12/2004

Egoverdose II and back for a little time...

Et c'est là que tout change...
 
En quelques mois, j'ai connu l'amour...
J'ai connu l'amour d'amis, de proches...
J'ai vu des proches se déplacer pour me voir à mon chevet alors que j'étais entre l'alpha et l'oméga...
J'ai vu des gens que je connaissais à peine venir à mon chevet, pleurer de n'avoir pu faire mieux, de n'avoir pu m'aider...
J'ai vu des gens pleurer alors que je pensais n'être rien pour eux...
J'ai vu des gens partir par peur, par tristesse de ne pas les avoir appelés ce soir là alors qu'ils auraient aimés être là...

La liste de ces gens est longue...
Vous les connaissez sans doute à travers la bloguosphère...
Carpe Diem, Olimask, Amaretto, des amis, des amies, et tant d'autres...

 
Et me voilà... ce soir...
J'avais envie d'un bon quick, j'avais envie d'une bonne bière, j'avais envie d'une soirée clope, j'avais envie d'un bon bain....
J'avais envie d'arrêter le temps... je l'ai arrêté, en dégustant mon café, au quick, en regardant les gens passer, en fermant les yeux et en écoutant divers morceaux...
J'ai regardé, j'ai arrêté, j'ai apprécié... et sondé...
 
Aujourd'hui, je vis...
Aujourd'hui, je sors d'un long enfer qui a duré des années durant...
Aujourd'hui, tous mes démons sont enfin effacés, et sont devenis des joyaux que je contemple...
 
 
Journal de bord, 1h48...
Aujourd''hui, je n'hésite pas à le dire, je vis...
Chaque jour qui passe, je pense à ces gens que j'aime, ces gens que j'ai cité plus haut...
Oui je pense à eux chaque jour qui passe, jour après jour...
Oui, je pense à leur tristesse un certain jour, je pense à leur présence lorsque j'ai failli, je pense à leur amitié...
Oui, je pense à eux, je pense à cet amour qu'ils m'ont donné sans rien attendre en retour, juste en appréciant ma simple présence, malgré mon égo, malgré mon caractère souvent difficile...


Oui...
Chaque bouffée d'air que je respire, je la partage dans mes pensées avec eux, chaque joie que je vis chaque journée, je la partage avec eux, chaque fois que je pense à eux, j'aimerais pouvoir leur dire merci
 
 
Journal de bord, 1h52

Et c'est là le problème... je suis entre le bonheur de gouter cette vie qu'enfin j'apprécie, et je fait que certains soient mal, et de ne pouvoir les aider....
Je suis là, et j'aimerais aider certains, je rage de ne pouvoir secouer certians pour leur dire "j'étais mal, je vais bien, ne déconnes pas, prends ma main, et vis, vivons ensemble et croquons la vie"
 
 
Bien au delà, je pense à ces gens que j'ai perdu, à ces gens que j'ai aimé...
Une femme un jour m'a fait connaître le  bonheur...
Cette femme qui m'a quitté m'a laissé sans nul doute en cendres...
Mais bien au delà, cette femme a laissé involontairement une petite  graine en moi qui pousse pour l'instant...
La graine de la vie...
La graine du bonheur...
La graine du bonheur d'avoir peut être peu de choses, mais d'avoir peu de choses qui véritablement comptent énormément...
 
Bien au delà,je pense à ces gens qui m'aiment....
Merci d'arroser chaque jour cette petite graine...
Merci de veiller quotidiennement à ce que cette petite  graine pousse bien...

 
Pour toutes ces raisons,je me prépare à un long voyage....
Je me prépare à aimer pour la première fois de ma vie ces  fêtes de fin d'année
Je me prépare à partir enfin doucement vers le chemin de la sagesse, et du silence
Je me prépare tout doucement à me retirer avec ces gens que j'aime, et à quitter la scène, à couper ce projecteur...

 
Addicted to chaos vit ses derniers moments...
Parce qu'aujourd'hui je suis bien...
Parce qu'il ya tant de choses à vivre, à découvrir,
Parce qu'il y a tant de choses à rattraper...
 

02:01 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Egoverdose and back for a little time...

Me voilà...
Toi et moi, page blanche...
Toi et moi, reflet de mon âme, support matériel sur lequel coucher ce que je puis percevoir de mon âme de mon esprit...

Te voilà...
Le temps de se coucher  sur le canapé, d'exposer anonymement et publiquement le plus profond de ton âme et de ton esprit...
Te voilà...
Le temps que Mr P se couche, juste à côté de Mr F sur le canapé...
2 in one... one in 2... psyzophrenic, paranoic, exuberence...
 
 
1h29, Journal de bord...
C'est ma 3ème chimay bleue... ma xème clope...
Une rupture au rythme sain que je me suis imposé depuis 2 semaines ... rasoir, diminution de tabac, café décaféiné le matin, salade et jus d'orange le midi, sport, sortie, promenade...
 
J'en avais besoin... j'avais besoin de faire une pause, de me coller contre ce mur, en regardant ce repas mitonné de mes soins, un vrai repas, pas un truc rapide tout fait...
Non, un vrai repas, cuisiné de mes mains, cuisiné avec temps, avec amour...
 
 
J'ai besoin de souffler, je ne sais pas où j'en suis, non...
Non, ne vous inquiétez pas... je ne suis pas au bord du gouffre, non... je suis au bord d'un espace entre 2 montagnes, je prends une bouffée d'air, le temps de réfléchir s'il n'y a pas un autre chemin, et si ce chemin en vaut la peine...
Non... je ne commettrai plus cet acte qui a fait peur à la plupart d'entre vous, je n'irai pas à l'extrême... je n'irai plus à l'extrême...
 
 
 
1h33, Journal de bord...
S'il me faut parler, il me faut ouvrir mon âme comme jamais je l'ai fait...
Vous confier mon âme, mes démons, mes espoirs, mes joies, mes peines, mes doutes, mes angoisses...
Come back in my life...
 
Il y a quelques mois, je ne sais plus exactement, j'étais assis devant cet écran, devant ce pc...
Seul...
En ce temps, l'amitié ne comptait pas... seuls les souvenirs, les souvenirs de temps, de moments passionnés, de moments d'amours me tenaient en vie...
Je rentrais chez moi, comme chaque soir, nourri par la haine, nourri par l'ambition de construire de grande chose, cumulée par la tristesse de rentrer dans un foyer que je sentais vide, froid, par ma faute, par ce manque de communication familial....
Mon chez moi était un lieu constitué de briques, une chambre, une forteresse vis à vis du monde où je me plongeais dans des nuits de réflexions, philosophie, de retrait vis à vis du monde...
Mon chez moi était quelqeu chose de superficiel, de vide, de froid...
Mon chez moi était un ensemble de briques, un ensemble d'images, un ensemble de rêves construits volontairement...
 
 
1h37, Journal de bord...
Pour la première fois, j'en parle... pour la première fois, j'ai le courage d'en parler, j'ai le courage d'affronter ce que j'ai fait...
Cet acte d'extrémité, cet acte où j'ai voulu tout fermer... j'ai voulu cloturer ce monde, j'ai voulut cloturer mon monde, j'ai voulu partir...
Depuis je n'ai jamais véritablement aimé parler dessus, j'ai toujours fuit, j'en ai toujours eu honte, j'en ai toujours eu peur...
Aujourd'hui, je peux en parler, et j'aimerais en parler, vous en parler, parce que je dois en parler pour pouvoir vous éclairer sur la suite de ce long post...
 
 
1h39, Journal de bord...
Derrière tout mensonge se cache une vérité, derrière toute vérité se cache un mensonge...
Derrière tout conte de fée, se cache une vraie histoire, derrière toute histoire  se cache un conte de fée...
J'ai des souvenirs qui me manquent, j'ai des souvenirs qui me hantent...
Mais bien au delà, de tout point de vue, depuis ce jour, même is je suis toujours présent physiquement, je suis mort mentalement...
Et c'est là où tout change...


01:42 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/12/2004

Marmotte...

Marmotte powaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !
 

10:40 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

16/12/2004

About all and nothing...

L'hiver s'installant paisiblement, les feuilles virent doucement de couleur, donnant à la nature un ton nuancé.
C'est pareil pour moi...
Ego, ego ego... démesuré pour ma part, il n'en reste pas moins que quelques évidences se sont imposées à moi

D'abord, Mr F se surprend à aimer l'hiver..
Oui, ce barbare s'appaise, apprécie de se promener lorsque le temps est légèrement frais, et se met même à sourire
Oui... je repense à quelques noels passés avec des êtres chers, je me rappelle de ce matin, à regarder le jardin couvert de neige à bruxelles, mal rasé un cappuccino dans la main et nu sous un gros pull en laine, en enlaçant ma belle de ce temps tout en entendant les enfants jouer dans la neige...

Oui, je me réjouis de passer quelques jours près de Paris la belle, Paris la magnifique, en compagnie d'un vieil ami et de sa campagne
 
Et pire... je me dis que peut être, pour la première fois de ma vie, je mettrais bien un sapin chez moi, j'irais bien faire les magasins pour offrir quelque chose à mes proches, et j'écrirais même bien un ptit mot pour souhaiter un "joyeuses fêtes" en dehors du traditionnel "m'a écrit une carte, faut répondre par politesse"
 

Et merdeeeeeeeeeeeeeuh...
Pas possible ca, j'deviens une vraie tantouze, j'deviens un vrai mec social, j'deviens un vrai mec gentil, ca cadre pas dans la brutalité profonde de Mr Freedom qui préfère un bon magnum de Chimay Bleue tout seul avec un bon tabac...
 
A part cela, dans les bonnes résolutions, penser à aller chercher des packs de jus d'orange, d'eau pétillante, à faire un tour au club de kenjutsu et de capoeria...
Mais d'abord, passer quelques mois en salle de fitness, l'époque des muscles fins, compacts et dessinés étant révolue et tenant plus du petit vieux à l'hospice que du sportif invétéré de tout point de vue, je ne voudrais pas pleurer au premier coup recu :)

22:26 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/12/2004

Disaronno please...

S'entendre dire qu'on a une bonne mine fait plaisir...
L'entendre de la bouche d'une charmante femme fait encore plus plaisir...
L'entendre de quelqu'un qui compte, c'est la cerise sur le gateau...
 
Elle fait partie de ces femmes avec un grand F que je respecte, que j'admire, et que j'aime secrètement...
Elle fait partie de ces femmes qui contrairement à ce qu'elles pourraient penser, ont un grand charme, physique et moral...
 
C'est un peu comme un saint-graal, même si l'on arrivait à avoir cet inaccessible, la tentation d'y gouter ses lèvres serait un crime, il y a des choses qui sont trop belles pour y toucher.
Sur ce,un verre de disaronno please

22:10 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

13/12/2004

Thanxxxxxxx...

Ruelles sombres, un mélange de fumée de gauloise blonde, une mini fourmilière en activité tentant par tous les moyens de trouver un peu de chaleur dans ce Bruxelles froid tardif.
Au milieu, il y a moi, cherchant aussi la chaleur physique et humaine aussi...

Eight years later...

Gauloise blonde, un mail en train de partir, le petit théâtre de la vie m'étonnera toujours...
Je cherche la chaleur humaine, je cherche le réconfort au fond d'une boite de nouilles maison, d'une bouteille de cidre
L'appartement est un bordel, mon âme lui ressemble, je finis de marquer au feutre noir le nom de deux personnes proches qui sortent de ma vie, l'une d'entre elle sans explication, sans raison, l'autre, par la force de la raison...

Regardant le tourbillon de personnes rentrant et sortant dans ma vie, recroisant une vieille amie d'humanité en fumant une gauloise en regardant les gens passer le temps d'une pause, je me mets à sourire...

E ight years later, on aurait dit que notre chemin était tracé, il n'y a aucune surprise, nous travaillons dans le secteur professionel dont nous rêvions, malgré que nos ambitions soient encore loin d'être réalisées, James travaille dans la sécurité, Rachid est responsable du Louise Gallery

eT moi, je suis là, informaticien, fumant une clope, la regardant, en me disant qu'au moment où je pense qu'elle est devenue une Femme, une belle femme, que son sourire et son regard n'ont rien perdu de leur charme, au contraire je me dis que l'époque des goldens boys est lointaine, je pousse une ébauche de rire qui se tarrit en un court soupir, que la vie est amusante, que la vie est surprenante, que la vie est injuste, que de contrariétés amusantes...
Oui... en me regardant, elle doit sans doute se dire la même chose, avec mon costume cravate et pompes cirées, toujours aussi large mais un peu plus grassouillet et se shootant à coup de pots de crème et les cheveux coiffés quasi architecturalement à coup de ponts de gel...


? que pourrais-je lui dire, que pourrais-je leur dire ?

Rien, sans doute rien...
J'ai suivi le chemin de la vie, tentant de faire du mieux possible, parce que j'ai toujours été un cancre dans le domaine des relations humaines, dans le domaine d'exprimer mes sentiments et mes pensées
Certaines n'auront jamais la réponse à leurs questions, je n'ai jamais et je n'aurai jamais assez de mots dans l'univers pour dire que non... je ne les avais pas aimé, que c'était plus fort, plus fou que cela, que je ne leur avais pas confié pas mon coeur, mais moi, tout simplement.
Non, il n'y aura jamais assez de poésie, de fleurs, de mots tendres sussurés au creu de l'oreille, pour leur exprimer la joie qu'ils m'ont apporté, et l'égarement dans lequel j'étais lorsqu'ils me rendaient mon coeur, et ma vie...

...

Aujourd'hui, Mr P referme la valise en se disant que finalement, la marchandise qu'il vendait tenait sans doute plus du plaqué or que de l'or véritable, rajoute ses vieux cours avec la boite à souvenirss dans le gros carton à scotcher et à laisser prendre poussière dans la cave

Mr P coupe ce pc quelques temps, les billets thalys 1ère classe pour quelques jours Paris-By-Night d'ici peu sont réservés, nul doute qu'il était marqué quelque part que je devais un jour finir par me contenter de fermer le cabinet de consultation meilleur ami / amant pour me shooter au travail, seules actions véritablement stables...

22:46 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

11/12/2004

And nothing else matters...

C'est en remontant à la station schuman que j'ai entre aperçu en prenant l'escalator un prospectus collé maladroitement "vlaams belang, rien ne change"

Même si ce n'est pas mon habitude de diffurquer dans la politique, laissant le soin à d'autres personnes tels Prométhée de le faire de manière beaucoup plus expertes, critique et possédant une érudition bien plus large dans ce domaine, j'avais néanmoins envie de diffurquer sur le sujet, et bien au delà, de tout ce qu'il représente, tout en gaussant de ce tract.

Oui, je me gausse.

Certes, je salue l'initiateur/trice de cette action, mais bien au delà, je me permets de me poser la question de la portée d'un tel acte.
Soyons réalistes...
Toute personne avec une once de reste cérébral (oui oui, même pakal ²;) ne se laissera pas berner par un changement de nom, Vlaams Blog, Vlaams Belang, Parti Naziste, c'est pareil, excepté que l'on change les couleurs, on change les mots, on change les têtes, mais au final, il reste toujours cet arrière goût amer au fond du potage

Non, voter Vlaams Belang, c'est comme voter F.N., F.N.B., c'est voter la haine, l'indifférence, la dictature, la loi du plus fort, c'est vouloir combattre la haine par la haine, c'est vouloir résoudre des conflits par des solutions toutes prêtes...
Oui, même si Mr Freedom est partisan de la batte de baseball (on frappe d'abord, on frappe ensuite), qui, dans certains cas, reste le moyen le plus "efficace", je me refuse d'en arriver là.
Et si toi, ami francophone, qui bafouille le néerlandais aussi bien que moi, tu as voté Vlaams B., prépares toi, comme ton voisin grec, à faire tes valises...
Parce que finalement, si tu ne veux pas parler Néerlandais, finalement, tu ne veux pas t'intégrer, logique non ?

 


Bref, trêve de plaisanterie, au delà, je me dis qu'il serait peut être temps de lâcher la bride, de laisser le Vlaams B. monter au pouvoir, de délier la muselière, et de même lui faire une petite place clean au pouvoir.
Fasciste moi ?  Non...
Le Vlaams B. ne diminuera pas, au contraire, je parie ma chemise Armani qu'ils augmenteront aux prochaines élections, parce que c'est la voix d'un peuple, parce que c'est la voix de gens qui sont encore plus motivés de voter dans l'extrême à constater que leur vote n'est finalement pas pris en compte pour le compte du bien séant...
Non...

Plus nous musèlerons ce genre de parti, plus nous refuserons de constater qu'il répond, d'une certaine manière, à une demande, à un besoin d'un pourcentage de la population que l'on ne peut plus considérer comme "négligeable", qu'il touche à toutes les couches socio-economico-ethnico-culturelles de notre société, plus nous lui donnerons de pouvoir, de force...

 

J'ai toujours dit qu'il valait mieux laisser un imbécile s'exprimer que de tenter de le museler, je continue à penser qu'attendre que le serpent soit adulte et qu'il attaque que de le laisser sortir lorsqu'il est encore enfant est la pire des choses...


Nous ne combattrons pas l'intolérence en posant des tracts et en polémiquant, non...
Nous la combattrons en l'exposant en plein jour, en posant chaque jour un acte de tolérance, de dialogue, de compréhension, et d'effort, en allant vers l'autre...

Pour finir, ce soir, mes carbonades flamandes ont un goût amer...
Belgique, Belgie, Belgium, ton mannequen pis est-il encore fédéral ?

 

 

² : NDLR : je t'aime ma poule ;)

 

00:28 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

09/12/2004

Fly Away

En revenant chez moi, dans le froid glacial de ce Bruxelles en plein hiver, en passant devant le 12, terminus "Airport", j'ai eu soudain l'envie de m'arrêter, de prendre les 6 minutes restantes avant le départ du bus pour réfléchir au "oui/non", de le prendre, d'arriver à l'aéroport, de prendre un ticket "last minute", et de partir prendre des vacances, ce qui, vu mon teint de zombie digne de Doom III, ne me ferait pas de mal...
 
J'ai finalement renoncé, conscience professionelle reprenant le dessus, et pourtant...
 

 
Merci à mon grand ami M.O.C. pour l'authorisation de diffusion de cette image et pour son amitié...
J'irai bien faire un paris-by-night fin de ce mois tiens...

22:26 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/12/2004

Back to yourself

Dans tout projet informatique qui se respecte, l'on instaure une méthode de développement de projet, basée principalement sur la méthode RUP, qui permet de gérer l'intégralité du projet, peu importe la phase dans laquelle il se trouve, et qui comprend certains points appelés "stepstones".
 
Ces "Stepstones", sont des pierres de repos.
Elles permettent de faire le point, de valider l'état des choses, et de décider de continuer, d'aborder, ou de remettre en cause les délais, les modalités, ainsi que la voie que doit suivre le projet.
 
 
La vie ressemble à un projet informatique...
Bien souvent, lorsque l'on regarde autour de soi, il faut parfois prendre le temps de s'arrêter un instant en se promenant, prendre le temps de tout stopper un instant peu importe les conséquences pour éviter une catastrophe d'une ampleur immesurable afin d'aller consulter un ancien, prendre le temps de l'écouter et de savourer avec lui le temps s'écoulant paisiblement.
 
 
Parce qu'hier, rapidement, j'ai fuit, fatigué, pressé de rentrer égoistement pour être en forme pour mieux me jetter égoistement le lendemain dans le rythme - métro, boulot, vie rangée -, j'ai quand même été arrêté par mon grand ami, mon maître, mon sage...
Trop rêveur peut être, celui m'a toujours été d'une infinie patience, d'une infinie sagesse, et toujours présent, de près ou de loin.
Je fus là à une époque marquante de ma vie, comme il fut présent à certains moments difficiles, perdu dans mes sentiments, dans ma peur, dans le sentiment de solitude dans lequel j'étais et je m'étais plongé.
 

Aujourd'hui, je me dis que si cet ami pour la première fois se permet de m'affirmer certaines choses, et d'éviter de me lancer quelques phrases "clés" qui engendreront immédiatement une longue réflexion, c'est qu'il y a urgence...


Pause sur le personnage, version  panoramique...

En quête de capital santé, mon frigo se voit fourgué des litres et des litres d'eau pétillante à la place des bouteilles de 2 litres de coca, je limite les bières, le vin, l'alcool, je vais dormir dès que je sais pour être en forme le boulot
Je pousse même le vice à prendre de la salade à la place des frites quand je me fais occasionellement un quick, à boire du jus d'orange, et à mettre de la crème tous les jours tout en me faisant des gommages 2 fois par semaine et à me réjouir d'avoir perdu pour la première fois de ma vie une taille de ceinture...

En quête de vie privée, je me mets à penser différemment, à balancer au bac 13 ans de photos, lettres, souvenirs, lettres enflammées entassées dans une boite en carton sans remords, en souriant, en étant heureux de voir ces êtres que j'ai tant aimé, que j'ai eu tant de mal à abandonner, pour qui certains soirs malgré les années des onces de larmes se mettaient à couler en repensant à ce "nous"

Je déconjugue passé, présent, avenir...
 

Et voilà tout le problème...
"Crois-tu qu'un jour les gens peuvent changer ?"
"Crois-tu qu'on peut, tout changer ?"
 
Cette question, combien de fois me la suis-je posé, combien de fois me l'a t'on posée, combien de fois mes amis se la sont posée en me voyant ?
Combien de fois ceux-ci se sont dit "oui, mais bon, tu remontes la pente, mais tu nous as trahi, tu ne nous as pas appelé lorsque tu avais besoin de nous ? Est-ce encore des paroles vaines ?"

Cette question récente, certains amis se la rapelleront.
Elle m'a blessée, parce que j'ai senti que je risquais de les perdre, que la confiance, et l'amitié qu'ils avaient placé en moi était sur le point de vasciller définitivement, parceque j'ai senti à ce moment là toute la rage, la force, et la beauté de ce qu'on appelle l'amitié
Oui, à ce moment là, j'ai arrêté d'haïr, j'ai arrêté de me nourrir de cette souffrance et de cette haine qui était ma nourriture spirituelle quotidienne pour comprendre qu'il y avait des choses bien plus nobles, bien plus pures.

 
"Crois-tu qu'un jour les gens peuvent changer ?"
"Crois-tu qu'on peut, tout changer ?"
 
Oui...
Mon passé de séducteur invétéré m'a suivi, me suit, et me marque encore quotidiennement...
J'aime regarder de jolies femmes, j'aime ce qui est beau, et je resterai toujours attiré par un beau sourire, par le mouvement de cheveux d'une femme, par une trainée de parfum...
Oui, comment croire qu'un démon de la nuit peut un jour s'arrêter, fermer les spots, partir dans la campagne et se satisfaire du silence et du calme...
 

Comme je l'ai dit, je me contrefous de ce que les gens pensent, disent, et personne n'a à émettre d'opinion sur ma vie, sur mes pensée, et sur la probabilité de réussite ou de changement...
Non...
Mes vrais amis sauront comprendre que leur présence silencieuse sera d'or, et qu'il sera le compagnon des prochains temps à venir.

D'ici là, on arrête tout...

23:02 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

03/12/2004

Questions

Fin de soirée, où comme trop souvent, beaucoup de questions se posent dans ma tête, parce que 2 rêves trop puissants, impliquant trop de choses, se sont révélés à ma mémoire au réveil, parcequ'un mail, un coup de fil m'ont fait réfléchir sur la situation de certaines personnes et bien au delà, de la mienne...

Par quoi commencer ?

D'abord, sans nul doute, par 2 amies fort proches, dont l'une d'elle m'a envoyé un mail et qui se reconnaitra...
Oui...
Je suis préoccupé pour ces 2 amies proches...
J'aimerais être là, j'aimerais les prendre dans les bras, j'aimerais les rassurer, les aider à passer ces caps difficiles, j'aimerais pouvoir avoir cette audace de "m'incruster" dans leur vie pour faire en sorte qu'elles se confient plus, qu'elle mettent une partie de leurs préoccupations, de leur souffrance entre mes mains...
J'aimerais sans nul doute porter une partie de leurs souffrances, non pas pour faire un remix de "Jesus II, The Back", mais simplement parce qu'à travers elles, je souffre de ne pouvoir faire plus, de ne pouvoir trouver les mots justes pour les réconforter, l'occasion et les gestes tendres pour pouvoir ne fut-ce que les prendre dans mes bras, et l'espace d'une soirée, leur faire oublier leurs soucis.


Bien au delà, une remise en mémoire de certains moments vis à vis de 2 personnes avec qui j'ai eu une relation, rêves troublants, rêves trop pertinants et trop clairs dans mes souvenirs pour pouvoir retenir la même conclusion...
Je les ai trop aimées, j'ai trop données...
L'une d'elle, responsable d'une trahison, d'une faiblesse de ma part, recevrait sans nul doute pour la première fois de ma vie une claque dans la figure vis à vis d'une femme si elle venait à me recontacter...
L'autre, ELLE, est définitivement enterrée, l'ayant aimé, l'ayant aimé encore il y a peu, j'ai nourri l'espoir jusqu'il y a peu qu'un jour peut être, nous finirions ensemble
Mais non...


Et au delà, il y a le mariage.
Au delà, il y a le fait que par l'anniversaire d'un ami prochain, et la nouvelle année arrivant, arrive le fait que prochaienement, j'aie 26 ans...

Merde, 26 ans...
26 ans, c'était l'âge de 2 de mes compagnes quand j'avais 21/22 ans, c'était l'âge que ces gens que je fréquentais avaient, c'était l'âge qu'ils avaient et vis à vis de qui je m'étonnais de voir que malgré leurs qualités morales et physiques, ceux-ci étaient  seuls...
Au fil du temps qui passe, je me rends compte actuellement que je deviens comme eux, que je pense comme eux, que je réagis comme eux, et surtout, comme eux, que je rêve tout en pleurant de ne ne 'l'avoir et en ayant peur, du mariage, de la vie durant des années avec l'être aimé, d'une famille...
 
Et moi, où suis-je ?
J'ai enfin un diplome, j'ai un job qui ne me convient pas forcément vu mon potentiel, ce qui n'était pas leur cas, la voiture est pour bientôt...
Pour le reste, le mariage et la famille, j'en rêve tout en me faisant peur, parce que je ne suis pas encore "prêt" (et je l'avoue moi même) pour autant de responsabilités...

Néanmoins, dans moins d'1 an, si tout va bien, nous nous fiançons officiellement, et cela, c'est déjà une étape réfléchie et certaine depuis des mois et des mois...
Oui, d'ici moins d'un an, la vie de Mr P & Mr F, & Mr P & Mr F eux même auront changé d'une manière qui en surprendra plus d'un...
 

02:27 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

01/12/2004

Pitit papa noël...

Même si je sais que tout le monde s'en fout,
Même si je n'y crois plus depuis longtemps, vu que mes derniers cadeaux dans la cheminée du feu ouvert durant les 2 dernières années du passage du Père Noël se sont résumés à un sachet de Nic-Nacs, une carotte à moitié bouffée par son enfoiré d'âne, un paquet de friandises au massepain, à force de regarder dans le système les dernières nouveautés
 
Ben.. j'ai décidé de mettre ma liste de cadeau à jours
 
 
 

 
  • Un ptit Ipod Mini...
    Ben oui, parce que c'est classs, et qu'excepté l'Ipod U2, l'Ipod standart a quand même à mes yeux un look absolument abominable qui me fait douter de l'état de concentration éthylique dans le sang du designer d'apple le soir de la conception de celui-ci

 

  • A la place d'un PDA Acer, le kit "Winter" avec un excellent IPaq avec de surplus, gps et cartes d'europe de l'ouest, le tout à 500 et des poussières d'€
    (ben oui, quitte à ne pas s'emmerde)

 

  • Un ensemble de club de golfs et des cours
    (parce que le golf c'est class, zen, relaxant, et que c'est plus "fashion" que le maniement de batte de barbare en société)

 

Et enfin, après avoir vu la représentante des produits Canon ce matin qui m'a sans doute laissé pour la 2ème fois de ma vie la machoire grande ouverte et la langue déroulée sur toute la moquette du magasin (style Tex Avery), un Ixus 50 ou un Ixus 40, parce que ca a de la gueule, et que le concepte de Memory Stick monopole de Sony me déplaît

Pour le reste, vu la grosse chute de fréquentation de ce blog depuis ces dernières semaines, je me dis qu'il serait peut être temps de resortir mes photos artistiques de nu de l'époque où j'avais encore une once de corps de "bo-gosse", de parler de cul, sexe, sexualité, et autres joyeuseries du genre pour booster sur google, voire même sans nul doute de changer mon "brainstorms" en "laches tes com's" pour relancer le tout.

Comme votre enthousiasme de me lire régulièrement, mon plaisir de lire vos commentaires et de voir vos nombreuses visite s'essouffle.
Merci à ceux qui seront là pour le cap des 10.000 avant la fin de l'année...

01:03 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |