13/12/2004

Thanxxxxxxx...

Ruelles sombres, un mélange de fumée de gauloise blonde, une mini fourmilière en activité tentant par tous les moyens de trouver un peu de chaleur dans ce Bruxelles froid tardif.
Au milieu, il y a moi, cherchant aussi la chaleur physique et humaine aussi...

Eight years later...

Gauloise blonde, un mail en train de partir, le petit théâtre de la vie m'étonnera toujours...
Je cherche la chaleur humaine, je cherche le réconfort au fond d'une boite de nouilles maison, d'une bouteille de cidre
L'appartement est un bordel, mon âme lui ressemble, je finis de marquer au feutre noir le nom de deux personnes proches qui sortent de ma vie, l'une d'entre elle sans explication, sans raison, l'autre, par la force de la raison...

Regardant le tourbillon de personnes rentrant et sortant dans ma vie, recroisant une vieille amie d'humanité en fumant une gauloise en regardant les gens passer le temps d'une pause, je me mets à sourire...

E ight years later, on aurait dit que notre chemin était tracé, il n'y a aucune surprise, nous travaillons dans le secteur professionel dont nous rêvions, malgré que nos ambitions soient encore loin d'être réalisées, James travaille dans la sécurité, Rachid est responsable du Louise Gallery

eT moi, je suis là, informaticien, fumant une clope, la regardant, en me disant qu'au moment où je pense qu'elle est devenue une Femme, une belle femme, que son sourire et son regard n'ont rien perdu de leur charme, au contraire je me dis que l'époque des goldens boys est lointaine, je pousse une ébauche de rire qui se tarrit en un court soupir, que la vie est amusante, que la vie est surprenante, que la vie est injuste, que de contrariétés amusantes...
Oui... en me regardant, elle doit sans doute se dire la même chose, avec mon costume cravate et pompes cirées, toujours aussi large mais un peu plus grassouillet et se shootant à coup de pots de crème et les cheveux coiffés quasi architecturalement à coup de ponts de gel...


? que pourrais-je lui dire, que pourrais-je leur dire ?

Rien, sans doute rien...
J'ai suivi le chemin de la vie, tentant de faire du mieux possible, parce que j'ai toujours été un cancre dans le domaine des relations humaines, dans le domaine d'exprimer mes sentiments et mes pensées
Certaines n'auront jamais la réponse à leurs questions, je n'ai jamais et je n'aurai jamais assez de mots dans l'univers pour dire que non... je ne les avais pas aimé, que c'était plus fort, plus fou que cela, que je ne leur avais pas confié pas mon coeur, mais moi, tout simplement.
Non, il n'y aura jamais assez de poésie, de fleurs, de mots tendres sussurés au creu de l'oreille, pour leur exprimer la joie qu'ils m'ont apporté, et l'égarement dans lequel j'étais lorsqu'ils me rendaient mon coeur, et ma vie...

...

Aujourd'hui, Mr P referme la valise en se disant que finalement, la marchandise qu'il vendait tenait sans doute plus du plaqué or que de l'or véritable, rajoute ses vieux cours avec la boite à souvenirss dans le gros carton à scotcher et à laisser prendre poussière dans la cave

Mr P coupe ce pc quelques temps, les billets thalys 1ère classe pour quelques jours Paris-By-Night d'ici peu sont réservés, nul doute qu'il était marqué quelque part que je devais un jour finir par me contenter de fermer le cabinet de consultation meilleur ami / amant pour me shooter au travail, seules actions véritablement stables...

22:46 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

... have a nice trip... ;o)

Écrit par : carpe diem | 14/12/2004

... Pour la chaleur humaine... je suis là... ;-)
Gros bizzzzzzz...

Écrit par : ch'tit bou | 14/12/2004

presque attendrissant ! ;) bé bon amusement msieur !

Écrit par : Val | 14/12/2004

.... Je n'ai jamais aimé les complexités du myocarde, un véritable syphon de pensées et de sentiments irrésolus...bon séjour....

Écrit par : promethee | 14/12/2004

Les commentaires sont fermés.