02/11/2004

Pire rate...

Ca avait pourtant bien commencé...

"1190 grammes, jet de 95g/min, pointe au saphir, Vario-Steam 0-30g/min"
C'est de la bête, me dis-je...
C'est le coeur ému, que plein d'émotions, j'ai sorti l'objet de la boite...
Et que tout bascula...
 
 
Tout commenca dans l'un de mes nombreux délires solitaires dont ne sont témoins que les murs silencieux de mon auguste grotte, trouvant ce qui pouvait me servir de matériel pour un bermuda digne du Pirate des caraïbes (gardez la folie, supprimez le charme).
Je me suis dit qu'il était temps de faire un pas de plus pour devenir un homme - un vrai -, et qu'il était temps de prendre les choses en main, parce que sinon, à défaut de mettre cela au pressing, aussi bien mon père que moi allions nous retrouver avec des chiffons pour nous promener en ville (quoi que... ca peut être érotique, diront certain(e)s).
 
Et me voilà donc, au boût de la 4ème lessive / séchage d'affilée, à prendre un panier, une planche à faire pâlir les plus grands surfeurs (euh, non, repasseurs pardon) d'Hawaï, prêt à relever le défi, et à avancer dans l'étape du "grand célibataire endurci indépendant" ou de "l'homme parfait sans être gay".

Petite recherche sur google : "comment repasser une chemise", "apprendre à repasser", "repasser + fer + homme" et autres...
Résultat, que dale, nada, enfin si, j'ai bien eu droit à des pages sur le repassage du bac, sur les caractéristiques techniques du nouveau fer de Rowenta, sur la recompilation d'un noyau Linux en cas de repassage de Hacker, mais...  rien, rien rien...

J'ai pris mon courage à 2 mains...
La première chemise fut simple...
Une soie italienne fine, ca glisse, c'est agréable, on y prend même plaisir, après quelques tâtonnements pour trouver comment mettre la chemise sur la planche, voire même la surprise de se dire que la forme pointue de la planche n'est pas faite au hasard et que...
Et voilà Freedom le barbare, à contempler ma première chemise repassée, avec une larme d'émotion, en train de se dire "je suis un homme, un vrai"
 
Mais non...
La deuxième chemise était une belle chemise en coton bien épais, un peu plus large, et surtout, chiffonnée à un point que j'ai hésité quelques secondes à savoir si le programme d'essorage n'avait pas subi quelque malédiction voodoo...
Après quelques tatonnements, quelques coups de fers, quelques coup de gueule du genre "*.!|-}§ bordel, c'est rechiffonné et je l'ai repassé y'a 5 minutes ce coté bordel...", j'ai du finalement abandonner l'affaire à quelques minutes du résultat final, ayant eu le très mauvais réflexe de prendre pleinement et fortement du boût des doigts la semelle du fer bouillant en remettant maladroitement de l'eau dans celui-ci par distraction...
 

Après quelques cris de douleurs retenus, une dizaine de minutes sous l'eau froide, une heure ou 2 dans des Coldpack en train de retenir une larme (oui oui, c'est 800° une brûlure au fer chaud y parraît...), me voilà avec 4 doigts scotchés au sparadrap dignes du plus beau cartoon, et à recevoir une amie en rescousse pour recevoir quelques trucs de la gente féminine...

Je réessayerai prochainement et rapidement, afin d'éviter un traumatisme psychologique à la vue de tout fer à repasser, d'ici là, je salue la gente féminine...
Je ne me fouttrai plus jamais des gens qui repassent...

03:50 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Macho macho man Comme quoi, le rapssage est bien un sport de gonzesses!!!
Ok, je sors!! ;o))))

Écrit par : Oli | 02/11/2004

... Je rectifie, car je ne sais plus écrire (j'aurais mieux fait de me taire sur ce coup là)!
Pas "rapssage" mais bien "repassage"!!!

Écrit par : Oli | 02/11/2004

Ah voilà! Bonne résolution de se mettre au repassage!!! Pour ça bvo Mr.! Mais bon Homme au repassage= accident au passage... ;) PS: t'inkiete les chemises en pur coton super froissées à repasser même pr une gonzesse c'est chiant (je déteste lol!) Bizzz à toi!

Écrit par : Crazy | 02/11/2004

Quand tu auras... totalement massacré ta garde robes tu sauras repasser... ;-)

Écrit par : PaKaL | 02/11/2004

Eh bien... Ton post m'a bien fait rire...

C'est comique, je n'ai pas l'impression d'avoir appris à repasser un jour...
Ca doit être inné, chez moi, alors (mon dieu qu'elle horreur!) même s'il m'arrive de me brûler aussi...
Mais, je l'avoue, jamais en prenant un fer à repasser en pleine main, lol.

Gros bisous

Écrit par : rutabi | 02/11/2004

Ca arrache ! Tu devrais pt'etre penser à te raser la boule :)
Cicatrises bien et reposes toi, ta santé avant tout !

ps: t'es con ou tu le fais exprès ? ;^p

Écrit par : Raph' | 02/11/2004

Cool ..... Encor' un mec qui se met au repassage .....;-)
Contrairement à Rutabi ....je sais pas repasser ...
d'ailleurs j'ai pas de fer à r......
Hé ...C dangereux ce truc là ....la preuve ...:-)
bisous bisous .....

Écrit par : bio | 02/11/2004

Et bien, et bien , et bien... Je ne sais pas si ce cours de repassage à fait de toi un homme un vrai, mais ce qui est certain c'est que ce timide hommage aux Lavandières que nous sommes parfois est très touchant...(brulant comme le fer).
Et elle est passée où cette mode des chemises chifonnées...??? ;)

Écrit par : sandre | 04/11/2004

Les commentaires sont fermés.