22/10/2004

Stib & Friends...

C'est par une belle matinée ensoleillée que je me suis levé pour aller à mon entretien chez Exell, pour le poste de technico-commercial.

D'abord, si je pensais avoir entendu pas mal de vertes et de pas mures, j'ai été gâté aujourd'hui.
En effet, lorsque l'on est gradué en informatique, il est tout à fait du non-sens de postuler comme technico-commercial chez Exell (quasi sous-entendez, job de merde, par le responsable du recrutement)...
Ensuite, lorsque l'on ne parle pas néerlandais tous les jours, ce n'est pas que l'on parle een beetje (comme dirait mon ami...) mais bien que l'on ne sait pas parler du tout neerlandais...
Certes, après 20 minutes d'entretien +/- correct (resté quand même sur le coup de ces 2 affirmations...), je suis resorti dehors en me disant que finalement, si l'on n'a pas de diplôme mais que l'on est parfaitement bilingue, on a certainement plus de chance d'avoir un travail, et ce, pour le même salaire, qu'un gradué.
Triste monde...
 
 
Ensuite, il y a le retour...
Car perdu en pleine chaussée de louvain du côté de Zaventem, deux réflexions s'imposent
1.: Quelqu'un pourrait m'expliquer où se trouvent les différentes haltes des bus de DeLijn, l'afficheur de celui-ci n'indiquant juste que la finalité de celui-ci et les heures de passages
2.: Il y'a pas qu'en politique, c'est un principe général, c'est toujours les gens qui en fouttent le moins, qui se plaignent le plus...
 
 
Bref, me voilà en pleine matinée à pied en train de me promener pendant 2 heures pour revenir chez moi, après une halte "café" chez PizzaHut chez un ami sur le chemin (comprenne qui pourra)
Par la même occasion, je me suis  retrouvé à passer dans ces coins et recoins du côté de la gare de Schaerbeek, mais bien au delà, dans les coins et recoins de l'ancienne habitation de Catherine (pour rappel pour ceux qui ne suivent pas, ze gros coup de foudre, l'ex amour de ma vie, 2 ans de colle prit pour recoller les morceaux et actuellement mère de famille...)

C'est à ce moment là que le sourire au coin, je me mets à me replonger dans le passé comme je l'aime...
Oui... je me souviens de  ce petit chemin, que j'avais arpenté, un soir à 22h, en sortant de chez elle violemment et en pleurs, sous une pluie battante, à téléphoner à une amie, ne sachant plus quoi faire, hésitant entre l'éternel "je l'aime, ca va s'arranger" et "prends tes cliques et tes claques, et barres toi"...
 
 
Et voilà... sous un soleil radieux,je me suis mis à marcher, et à réarpenter ces petites rues que je n'avais plus fréquenté depuis, tentant de retrouver dans ma mémoire le chemin pourtant si souvent fait et refait menant à la gare, seul échappatoire à une trèssss longue marche...
Plusieurs constats se sont alors imposés à moi.
Le premier, c'est que finalement, repasser par ces chemins quelques années après, fait sourire... On se rappelle quelques souvenirs, des bons, des mauvais, des mimiques...
On explore aussi les environs, par curiosité, parce que le temps est beau, parce que le quartier est agréable...
Je me mets alors à sourire, ayant la capacité de regarder le passé avec la force d'un Homme, avec l'esprit qu'elle avait à ce moment, à cet âge que j'ai...
Oui... c'est un beau quartier, calme, rempli de verdure, magnifique, un petit boût de paradis encore existant dans un petit coin à part, une sorte d'univers parallèle dans cette ville peuplée de géants gris et de nuisances sonores...
Oui, je comprends un peu son sourire et sa douceur constante, comment ne pas l'être, en passant des années dans ce petit paradis, à quelques mètres d'une plaine de jeux où des enfants se balancent et où d'autres jouent, en riant aux éclats...


Et puis vient le reste...
En continuant mes pas, en attendant le train en regardant une de ces toiles uniques et magnifiques des arbres tournant à l'automne, sublime mélange de couleurs, en regardant ce rayon de soleil, en souriant, en voyant ces enfants, en revoyant ces choses avec sagesses, je me dis qu'aujourd'hui, je peux dire réellement que je m'en sors bien...
Oui, je m'en sors bien, je ne suis pas totalement guéri, on n'est jamais à l'abri d'une rebaisse de moral...
Mais je vais bien, depuis 2 mois, je me sens mieux, les coups de blues le soir où aléatoires ont disparu, je garde le sourire et mon calme en toute circonstance...


Et c'est là que j'ai envie de pleurer...
Non pas de tristesse, ohhhhhh non...
Pleurer de bonheur, en pensant à cette relation, à ces amis que j'ai connu, dont certains sont partis à force d'être fatigués de me supporter me plaindre, à force de mon immaturité, de mon égoisme...
Pleurer de bonheur, en pensant à ces amis que j'ai actuellement autour de moi, qui m'ont aimé, qui m'aiment, qui m'ont soutenu, et qui n'ont jamais cessé d'être là, même lorsque je leur tournais égoistement pour mieux m'enfoncer dans mon mal être...
Pleurer de bonheur en pensant à la chance que j'ai d'avoir ces amis, de partager ces joies, ces bonheurs, ces moments de faiblesse, de leur confiance, de leur soutien, de leur amour, de leur compréhension...
 
 
Je voulais l'écrire ce soir...
Je voulais le dédier particulièrement à 2 amis, dont l'un d'eux m'a sauvé la vie il y a peu...
Je voulais vous dire MERCI pour votre amitié, pour votre confiance, pour l'aide que vous m'avez apporté, pour m'avoir aidé à reprendre courage, goût et de m'avoir aidé à devenir un grand homme comme vous...
Je voulais vous dire MERCI pour le bien être dans lequel je suis actuellement, et dont vous êtes une grande partie de pièce maîtresse...

Merci à vous de m'avoir fait comprendre que la vie et l'amitié est une chose précieuse, bien au delà de tout...

18:06 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

*** excélent site!! je viens de le trouver par hasard... je reviendrais... la photo un peu plus bas est magnifique!!! bonne continuation et bon we. :-)

Écrit par : lilou | 22/10/2004

No matter ;) You're always welcome, else in the the morning's party !

Écrit par : Mr P & Mr F | 22/10/2004

Les commentaires sont fermés.