06/10/2004

We lost

All, now...we've lost...

C'est en ces mots, en ce début de soirée, que cette phrase me marque...
Oui, tous, actuellement, d'une certaine manière, nous avons perdu...

Je fais le compte des gens qui vont mal autour de moi... le nombre est impressionant, et fait peur...
L'on met cela sur le compte du temps - la pluie, le froid -, mais non, bien au delà, résulte un malaise profond... trop de boulot, pas assez d'humain, pas assez de chaleur, cela fait peur, cela fait mal, cela descend...

Et me voilà, avec quelques chimay, toujours autour de cette table de billard que je connais tellement....
Me voilà, tout simplement, en train de me dire "mais finalement, où va le monde, où allons-nous ?"

Je m'en fous, je m'en contrefous...
Oui, je fais partie, comme le disait si bien une amie, "de la tranche des 25-30 ans, gentils, bien physiquement, prêts à donner, prêts à recevoir, prêts à construire, désillusionnés"...
Oui, cela fait du bien, d'entendre encore une fois "mais non, t'es franchement un beau gosse, t'es sympa, t'as vraiment aucun soucis à te faire...", mais finalement, au delà, il se résulte ce constat, qui reste, qui hante " DESILLUSIONNE"...
Oui, bien au delà, au fil des expériences, au fil du temps, l'on se met à hair, à maudir, à se dire "tous des salauds", "toutes des salopes"...
 
Oui, malgré mes faiblesses d'homme, malgré mes erreurs humaines, j'ai toujours essayé d'être un homme dans la tradition et les valeurs que mon père m'aie enseigné...
Oui, malgré  tout cela, en moyenne dans ma vie, j'ai été honnête, très honnête, trop gentil, trop bon, trop...
Et finalement, au bout du compte... excepté le fait de  se sentir "digne", excepté le fait de se sentir "homme", le fait de se sentir "droit dans sa parole, et dans ses actes", noble, fier, vaillant, audacieux, oui... finalement au bout du compte, le résultat se fait... que dale, nada, rien, NIET, excepté avoir été un bons sire abusé

Le monde va mal, les gens ne croient plus, les gens se cherchent, et il semble que les hommes et les femmes célibataires sont dans une file, où le maillon correspondant est décalé... X veut sortir avec Y qui veut sortir avec le (la) meilleur(e) ami(e) de X...


Oui,peut être le monde va mal...
Et je m'en fous... comme je me fous de beaucoup de choses ce soir...
Vive la décadance, vive le vice...
Laisser pousser la barbe irrégulière, prendre les premières  fringues qui passent, ne pas se coiffer, ne pas se sapper, sortir comme l'on veut, comme l'on le sent, envoyer paître et dire leurs 4 vérités au pétasses qui ne veulent de soi parce que l'on ne  fait pas partie du "pbp" (lire le plus beau parti, riche, grand, beau... même si ce sont pour 90% des salauds ou des baratineurs), envoyer paître les faux-cul, vivre sa vie, partir sur un oui-non au 1/4 de seconde...
Oui... dès que je sais où, m'envoler... prendre le train, partir, m'envoler, choir mes responsabilités, oublier un instant l'homme de parole et de confiance, voler, spolier, trahir, charmer, abuser...

Peu importe, du moment que l'on soit vivant, du moment que l'on prenne  du plaisir...  c'est l'essentiel !

02:20 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

ceci étant ... ce qui ne tue pas nous rend plus fort dixit kyo

mais surtout société, société, tu m'auras pas.

Oui, les jeunes vivent de plus en plus mal... se réfugient dans la drogue pour avoir une vision plus douce de ce qu'est la société, pour que ce soit un peu moins dur à vivre. On est tous un peu dépressif quand on voit la tournure que ca tourne ...

L'Euro, la plus grosse connerie jamais faite depuis que l'Europe existe. Ah oui pour voyager c'est plus simple! Et puis les métiers qu'on fait et qui sont mal rémunérés dans lesquels on bousille moral et physique (on a besoin de gens qui font mon métier parait-il mais comme les gens sont ingrats "Tu es payée pour ca").

On donne, on donne ... que ce soit dans le professionnel et dans la vie privée mais qu'est-ce qu'on a en retour?

Oui, j'ai envie de hurler ma haine, mon mal-être, ces envies et ces désirs qui me rongent petit à petit. Des fois ca sort, je me mets à gratter sur du papier tout ce que j'ai envie de gueuler, tout ce qui me fait gerber mentalement. J'étais à genoux, la tête baissée parce que j'ai eu le tort d'aimer mais la force de caractère m'a fait redresser la tête.

Je suis là, en train d'essayer d'ouvrir les bras, le coeur et le cerveau pour comprendr et aider. Envie de donner à tous ces paumés que je connais un peu, beaucoup ou très bien, envie d'avoir des clones peut-être pas tous comme moi pour rendre les gens heureux. Mon cerveau et mon âme en pleurent tous les jours, chaque fois que je ressens une détresse dissimulée ou non.

Et pourtant, viendra un jour où je taperai sur le clou une dernière fois et où j'enverrai péter ce monde de dingue pour me renfermer dans des souvenirs autres que ceux de cette vie de merde, cette vie où on souffre de ce qu'on fait et de l'absence de mercis en retour, de l'absence parfois meme de sourires qui peuvent remplacer les mots...

Marche ou crève? plutôt marcher que crever, mon heure n'est pas venue et elle ne viendra pas encore.

Accroches toi, bats toi et ouvres un peu le coeur, juste un petit peu, pour voir qui est là meme si souvent ... silencieux.

Écrit par : Blue_Eyes | 06/10/2004

suite ... Sommes-nous devenus moins humains? Je hais l'espèce humaine et pourtant, je ne peux m'empêcher de l'aimer tous les jours. Amoureuse du genre humain, c'est ce que je dis. Est-ce que je me considère comme humaine ou comme supérieure? je n'en sais strictement rien.

Comme disait je ne sais plus qui ... Comme j'ai mal! Mal de voir des extrémistes qui deviennent dangereux pour le monde entier et qui en appellent aux leurs pour les aider dans leur folie. J'ai vu une vidéo d'un mec qu'on décapite à l'aide d'un couteau en le saignant comme un cochon. Je n'ai su voir qu'une fois cet acte de barbarie, j'aurais repassé cette vidéo ... Dire que je sais faire quelque chose, ce serait mentir, dire que je ne sais rien faire aussi. Quel être humain est capable d'un acte que je qualifie de plus grave qu'une boucherie? De quelle pathologie psychiatrique sont-ils atteints?

Quel est l'avenir pour la chair de ma chair? bonne question... mais j'ai horriblement peur de la réponse ca c'est clair

Mon envie là maintenant tout de suite ... hurler à m'en briser les cordes vocales! hurler cette peur, ce doute, cette incertitude quand à ma sérénité.

Le monde sombre dans la folie la plus totale.

Maman, je veux retrouver mon innocence de mes 10 ans, je veux ne jamais connaitre cette douleur. M'man pourquoi est-ce que je suis née à cette époque? Pourquoi ...?
:°°°(

Écrit par : Blue_Eyes | 06/10/2004

On ne rentrera pas Dans l'éternel débat "la dérive de la société" mais...

Nous avons gagné la liberté... la liberté d'expression, l'enlèvement des tabous, on peut quasi tout dire, tout faire, tout montrer... que cela soit une femme entièrement nue pour une publicité de produits ménagers, ou un mec sifflotant de la coke avec une paille, oui, on peut le faire.

Mais la dedans, au delà, au delà de la connerie de ces brain-washing que sont la star-ac et autre, que retrouve t-on d'intelligent dans le monde audio-visuel ? Peu de choses, et c'est navrant

La dérive des islamistes ?
Il n'y a pas de pathologie psychiatrique, c'est simplement la crise de gens qui ne croivent plus en rien, et qui ont fondé leur espoir, et leur vie dans un dieu, et à qui l'on donne quelque chose à faire : la propagation de l'islam interprété d'une certaine manière et au passage, éliminer les infidèles

Oui... cela fait peur, mais je reste persuadé que le constat reste le même : il faut donner quelque chose à construire à ces gens, un but, un espoir, de l'humanité, du dialogue, et peut être rééquilibrer l'overdose ou la faiblesse de liberté un peu partout dans le monde...

Bien au delà, je m'inquiète surtout pour la jeunesse, où les parents se déresponsabilisent de leur rôle et le délègue à l'enseignant, qui lui, est là pour enseigner, et tente tant bien que mal, de limiter les dégâts concernant l'éducation des jeunes.
On me prendra peut être pour un mauvais bougre, mais je reste persuadé qu'une bonne réprimande d'un enseignement et une bonne claque EXCEPTIONELLEMENT des parents lorsque l'enfant commence à mal tourner et lorsque le dialogue devient impossible reste quand même une solution qui a fait ses preuves.

Écrit par : Mr P & Mr F | 07/10/2004

Les commentaires sont fermés.