23/08/2004

3, 2, 1, Houston...

Minuit 35...
Je finis de prendre ma plaque en verre, LA plaque en verre... la plaque en verre de la débauche, la plaque en verre mince et finie qui sert à tout, de support à verre, de support à assemblage de divers éléments électroniques, la plaque de support à roulage... c'est dans cette dernière utilité que celle-ci trouve sa place ce soir... une feuille, une clope, un peu d'herbe (sans ogm, je précise, je ne prends que des produits naturels...), et c'est parti...

3,2,1, go, houston... j'arrache d'un coup de dents le bouchon de la bouteille de cidre, comme le tox serre d'un coup de dents le garro qui lui servira à injecter sa dose... chacun son truc, chacun son trip, chacun sa drogue, chacun sa plane...
Oui, finalement, chacun son trip, chacun sa drogue... l'état a décrété ce qui était admissible ou pas... un mec qui se shoote à l'héro ou qui se prend sa pill's d'xtc est beaucoup plus dangereux qu'un mec qui se descend chaque soir ses 3 bouteilles de whisky.
Chacun son truc, oui, chacun sa came, chacun son job, chacun sa vie, fais ce qu'il te plait, choisis ta sexualité, choisis tes déviances, choisis tes vices, choisis ta caisse de prévoyance, choisis ta mort, prends tout ce que tu veux, consommes, vas-y, prends, goutes, éclates-toi... euh...  pssssch! juste un détail, n'oublies pas de reverser à l'état, amen, éclates toi !!!
 
Et me voilà... en train de m'exploser la gueule tranquillement ce soir, parce que c'est MA soirée... après 2 x 24 heures de merdes absolues entrecoupées d'une pause de quelques heures (il faut bien, ce ne serait pas drôle sinon ?), je m'explose tranquillement la gueule... parce que ce soir est le dernier soir avant le verrouillage des portes du bunker dans lequel je vais me calfeutrer à partir de demain, avant l'entrée dans la grande mission "joues ta vie en quelques heures, sur quelques feuilles, rentre dans ce jeu que sont les études, avant d'affronter ces êtres que sont les professeurs..."


Oui... les profs...
Excepté quelques-un, j'ai toujours considéré qu'il y avait deux races, dans ce monde... celle des croyants, et celle des obsédés...

D'abord, il y a le croyant.
Celui qui chaque année refait son cours, prend quelques jours de congés dans sa vie personelle pour suivre des séminaires pour se tenir à jour des dernières méthodes pédagogiques, des dernières découvertes dans la science qu'il enseigne, celui qui malgré les années, sourit en se disant à la fin de l'année que dans la masse de pauvres glandus affalés devant lui en train d'imaginer diverses choses pendant que celui-ci tente au mieux de distiller ses  connaissances et de susciter l'intérêt, il en a sauvé un... il en a intéressé un...
Celui qui en chaque début d'année reçoit sa nouvelle classe en espérant que dans ce nouvel arrivage, il y aura plus de disciples attentifs, plus d'âmes à sauver... celui qui aime ses étudiants comme ses propres enfants, qui les connait par leurs prénoms, et sacrifierait sa vie amicale et familiale pour l'un de ses précieux chérubins...

Et puis, y'a les autres...
Ceux qui sont sadiques... ceux qui depuis des lustres répètent les mêmes paroles, prennent leurs courts instants de gloire et de lumière en distillant les mêmes anectdotes qui ne font sourire qu'eux, ceux qui sourient avec leurs collègues en calculant par avance les nombreux suppléments qu'ils recevront mutuellement en donnant des cours particuliers aux élèves qu'ils s'enverront pour remédier à leurs carances, ceux qui sont fiers de constater que leur cours figurent parmi les plus hardus, qui trouvent normal que 80 % des élèves se trouvent en seconde cession dans leurs cours (après tout, tous des faignasses), ceux qui juissent mentalement de voter clairement pour le recallage d'un élève pour quelques misérables points sur 1000 pour lui faire payer la quelque maladresse faite par celui-ci un beau jour en sa présence...
Oui... ces autres... ceux pour qui un an dans la vie d'un jeune ne vaut rien, ceux qui sourient de voir les mêmes tondus se réinscrire pour la troisième année consécutive parce qu'ils n'ont pas réussi à acquérir l'esprit du maître, ceux qui jouissent de manière sadique et permanante inconsciemment et perversement de ce pouvoir d'autorité, de vie et de mort dont ils disposent...


Je vous vois sourire... j'en vois même certains se dirent "mais quelle imagination..." non... hélas, j'ai malheureusement rencontré, vu, et subi ce  genre de personnes dans leur intégralité, et cette description n'est qu'un pâle condensé des images résidant dans mon esprit et me faisant regarder ce petit monde d'un air méprisant...
Oui... je regarde ce petit monde d'un air méprisant, supérieur... je vous pisse à la raie, je vous crache à la bote... oui... vous n'êtes rien, vous n'êtes que d'une médiocrité absolue... vous m'avez pris ou me prendrez peut être quelques années, quelques moments de rage, mais jamais, oh grand jamais, vous n'atteindrez le niveau de ma conscience ni ne toucherez à ma dignité, oh non...


Et pourtant... oui, il y a quelque chose qui va mal dans cette vie, dans ce monde, dans cette société... mon regard arpente les foules, arpente les personnages de ma propre vie, arpente les rues le soir dans le noir absolu, scrutant tout signe de vie, tout petit épisode de ce petit théâtre magique qu'est la vie au quotidien, avec ces acteurs inconnus, si beaux, si poignants, si vivants...
Oui, il y a quelque chose qui va mal... les  gens ont peur d'aimer, les gens n'ont plus confiance en les autres, les gens n'ont plus confiance en eux...
Oui, cela va mal... des gens se quittent ou se déchirent, voire même se tuent pour des bouts de papiers, pour une question d'honneur, pour une question du qu'en-dira-t-on
Oui, cela va mal de constater que l'on est prêt à détruire pour éviter d'être détruit...
Oui, cela va mal, et je regarde des fois ce monde avec un regard curieux, un regard étrange, un regard triste... triste de ne pas comprendre ce monde, triste d'être un pion conscentant malgré moi de ce monde, triste de devoir parfois vivre personnellement ce genre choses, triste de constater parfois que moi même, d'une certaine manière, j'y contribue


Dernière gorgée, une clope, je m'en vais m'isoler dans mon bunker pour une durée de 3 semaines, durant lequelles ce blog sera très rarement mis à jour, pendant lesquelles je m'auto-coupe du monde (il faut se donner les moyens a dit un jour un grand philosophe)
Mais bien au delà, c'est aussi un adieu à pas mal de choses, à pas mal de gens, et à pas mal de conceptions, car force m'a été de constater ces jours-ci que j'ai commis l'erreur personelle de penser et de m'illusionner de ma vie...
Oui, j'ai commis l'erreur hélas de penser que je pouvais attendre en retour ce que j'estime que les gens pourraient attendre de moi... c'est à dire trop, beaucoup trop, certains proches ont passé il y a peu des tests de manière inconsciente... et leur sort est scellé.


C'est donc un abandon d'une grande partie de mon entourage, cette envie de partir de ce pays d'ici peu, de changer beaucoup de choses et de jetter un bouquet rapidement et sans regret sur la tombes de beaucoup de  gens que je viens d'enterrer avec un simpleme haussement d'épaules, c'est un départ, une rennaissance, une découverte, une métamorphose...
Oui... pour ceux qui reste, je vous aime, et je vais rattraper ces moments, vous donner ces émotions, cette présence, cette écoute, cette honnêteté et cet amour que je ne vous ai pas assez donné, pour les autres, je ne fais que couper la corde d'une barque qui ne voguait plus depuis longtemps au port sans regret...


Enfin... d'ici la réalisation de tous ces évènements et d'ici le prochain "vrai" post personnel autre que le compte rendu rapide du déroulement des opérations estudiantines, je tenais à vous remercier, tous, pour votre passage sur ce blog, pour cette lecture, pour ce lien invisible et anonyme que nous avons  tissé au fil de ces lignes, pour votre présence, discrète ou pas, sur cette tranche de ma vie tentant de raconter un bref condensé de ma longue vie et de mes longues élucubrations psychiques...

Oui, Merci à tous, que Dieu et vous garde et vous bénisse,
Mr P./LostSoul

01:04 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Commentaires

ok C'est bien c une bonne chose de faire un bilan de sa vie et de vouloir à partir de ça en commencer une nouvelle sur de meilleures bases tout en laissant ce qu'on estime mauvais derrière... Le tout est que cela ne soit pas sur un coup de tête que l'on regrette ou bien une fuite...

Que Dieu... itoo (même si j'y crois pô lol)

Zoubixxx ;o)

Écrit par : L@rsen | 23/08/2004

non normal qu'on idéalise... si on ne le fait pas, on risque de s'isoler... et puis, c'est en creusant qu'on s'apperçoit si oui ou non, ça valait la peine ou non. faire confiance tout en gardant une certaine lucidité ça s'acquiert ensuite... et puis reste comme ça... les erreurs de jugement dans les relations, les relations chaotiques... il y en a et il y en aura toujours. mais ça vaut le coup de rester soi-meme quand meme
blanc immaculé oui... me fait mal aux yeux ;)
bye
t'isole pas trop dans ton bunker ... apres on a du mal a se réadapter ;)

Écrit par : imagine | 23/08/2004

coucou .....;-) T'es touchant ...attachant .... tellement humain .....et si fragile ....
Prend soin de toi .....
Je t'aime bien ....même si je suis pas souvent dispo ....pour blabla .....;-))
Chacun dans son "bunker" ....hi ..........
....
Gros bisous .......

Écrit par : bio | 23/08/2004

Ho nooon Pas encore un au revoir :o(
Tes deux races de profs sont parfaites ! Mais faut pas désespérer,...
3 semaines.... c'est long ça...C'est que t'en as besoin ...
Bé bon travail, bon courage, et vla
A très bientot jipere ;)

Écrit par : Val | 23/08/2004

Hihi (jsuis re retourrrrrrrrrr mm si tu t'en fous jle dis un peu partout :-) hé)
je trouve ça tt à fait normal de détruire l'autre ....afin de se protéger, de se munir pour contrer nbotre propre destruction ! c'est la 1ere chose que je fais, en rencontrant qqn, observer ses faiblesses, pour déjà savoir le blesser ...car je connais la fatalité qui me guette ....snif
et puis : chacun ...pour soi ! surtout ! .....que les autres aillent se faire biiiip, moi je m'aime bien tte seule, je m'auto-suffis pour énormément de chose (p-e pas le cul ok lol)
beh moi g pas étudié de l'année, mais g po d'exam ;-) quéééé bêêêêête ! ! lol ....bonn étude qd mm
biz (j'attends que tu me causes sur msn ....pcq moi, en ai marre dfaire semblant de corriger tes fautes d'orthographe pour engager une convers ! .... grillée )

Écrit par : Absintheae | 23/08/2004

Bonne M... courage et mets le paquet hein!
T'occupe pas du reste pendant ces trois semaines, pense à toi et toi seul.
On sera là encore à la sortie pour t'aider à encadrer ton bo diplome :D

bizouxxx

Écrit par : Anno | 23/08/2004

bonne m... également, on se retrouve à la fin du tunnel pour une giga party comme on les aime, pleine de débauche, de tapas et d'empanadas comme la dernière fois (burps ?)

C'est la fin du tunnel, accroches toi ! (6)

Écrit par : Raph' | 23/08/2004

... J'adore ton blog, promis, je repasserai!

Écrit par : Jamy | 24/08/2004

Merchi merchi merchi A tous...

Jamy : euh merchi, cela fait plaisir ;)

Raph' : Oh ouaisssss une bonne mega party avec plein d'bons trucs... mmmm... (goutte de bave coulant au coin de la lèvre... ;)

Anno : merchi encore d'être là, au passé, présetn et futur ouais ... j'ai droit à un gros bisou aussi si j'réussis ? ;) lol

Absintheae : pas sûr que trouver les failles chez quelqu'un au moment où tu le connais soit une bonne chose/une bonne base pour entamer les choses...
Pour le reste, je pensais notemment au manager qui persécute son équipe pour éviter que lui ne saute...

Val : ben oui hélas, mais bon, après je reviens en pleine forme et on fait la fêteuhh, à bientôt :)-

Bio = Merchi :'( :)

Imagine : désolé pour le blanc immaculé... reste soi même... oui, mais c'est aussi parfois tellement difficile et tellement faillible qu'on se demanderait s'il ne vaut pas mieux parfois un peu changer les choses légèrement ...

Larsen : oui bisoussssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss

Écrit par : Mr P & Mr F | 24/08/2004

Le hasard... J'ai trouvé cette page par hasard, là, maintenant, alors que rien ne m'y prédestinait.
Je vis un peu la même chose mais n'aurait pas le courage de l'écrire, de la raconter ainsi.
Je crois que nous sommes tous plus ou moins un peu perdus, égarés alors qu'ils nous suffiraient d'un rien pour changer les choses.
Là où tous se complaisent, je me dissimule pour ne pas être vue.
Et toi, tu t'exposes, tu te devoiles, naturellement.
Alors continues, pour que je puisse venir te lire, encore...

Écrit par : ludi | 29/08/2004

Les commentaires sont fermés.