15/08/2004

Behind the eyes...

Dernière clope, un café... il est tard, et j'ai passé une foule d'heures à bosser c++, entre les erreurs mystiques, les corrections, entrecoupées d'un snooker en compagnie d'amis proches...
 
Limp Bizkit dans la platine, Behing Blue Eyes... c'est mélodieux, et les paroles sont magnifiques... je médite sur celles ci...
 
"No one knows what it's like
To be the bad man
To be the sad man
But my dreams they aren't as empty
As my conscious seems to be
I have hours, only lonely
My love is vengeance
That's never free
No one knows what its like
To feel these feelings
Like i do, and i blame you!
"
 
Oui... mes rêves ne sont pas éteints... ils me semblent juste parfois tellement loins, tellement inaccessibles.
Mes quelques expériences de vue, ou de travail, surtout dans le monde informatique (et encore, je n'y ai approché que le coté "gentil student") ne m'enthousiastent pas à trouver un boulot...
Non, bosser pour un salaire misérable, un c4 au nez, le manque d'expérience, la pression intense, ce n'est guère tentant, et pourtant, il faudra y passer...
L'amour, lui me semble être une quête qu'il me faudrait stopper... je suis tellement maladroit, parfois tellement égoiste ou trop accro, j'aime trop, j'aime mal, j'aime trop peu, et trouver l'âme soeur me semble être devenu aussi futil que de tenter de transformer le sahara en jungle foisonnante...

Et me voilà, avec des heures de solitude à tuer... oui, je déteste cette solitude, je déteste les sentiments que je peux éprouver qui ne sont pas toujours réciproque, oui, je rage d'autant aimer et de n'être pas né moins sensible, moins humain, oui je rage d'être aussi maladroit pour exprimer mes sentiments ou de n'avoir su trouver les mots juste pour dire que j'étais désolé  de faire parfois du mal sans le faire exprès, hanté par les souvenirs du passé, par la peur, par ma maladresse...

No one knows what it's like...
Pour les rares qui espèrent encore, il est hardu pour ces proches compatissants de comprendre le fond de mes pensées, de me suivre dans ma vie quotidienne...
L'humanité est quelque chose de précieux, tout comme la spontanéité et la sincérité...
Oui, cette humanité que j'ai, ma spontanéité et ma sincérité sont de très belles choses, mais j'ai appris aussi que toujours parler ou agir sous l'instant présent, sans prendre la peine de réfléchir, pouvait aussi être fortement négatif ou blesser.
Se pose alors la question de savoir s'il faut toujours réfléchir avant de commettre ou de dire quelque parole... on me reproche certaines choses, et je me désole moi même de mes faiblesses certains soirs ou de ma condition d'humain, de toutes ces choses qui me laissent perplexe, indécis, ou les mauvais choix que j'ai pu faire...
 
Mais c'est là tout mon malheur, c'est de me sentir certains soirs tellement seul, tellement petit, tellement maladroit, ailleurs, décalé, sans pouvoir y apporter quelque réconfort, quelque explication, quelque changement...

I'm an E.T.... please call my home, i want to come back...





03:28 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

spontanéité je l'ai appréciée lors de cette fameuse soirée...ne la perds pas, elle te va tellement mieux;-)

ciao ciao

Écrit par : englishbob | 15/08/2004

... Quand on veut on peut... Suffit de seulement vouloir un peu...

S'interdire à soi-même est se détruire à petit feu...

xxx

Écrit par : L@rsen | 15/08/2004

... Miss Englishbob : quand tu veux, le plaisir fut réciproque et tout autant intense...
Miss Larsen : entre rester les pieds sur terre, s'interdire et se mourir en se brûlant d'un feu qui ne sera peut être jamais qu'interne et dont ne naitra peut être jamais un brasier , le dilemne est grand

Bonne soirée à toutes les 2, nous vous embrassons tendrement,
Freedom & Phoenix.

Écrit par : Mr P & Mr F | 18/08/2004

Les commentaires sont fermés.