14/08/2004

OrgasmOrage

An other day, another silence, don't cry don't say a word in a such lonely world...

Je rentre, et les lumières de mon apartement se font douces pour m'accueillir dans ma solitude profonde qui s'accentue ces derniers jours...
Je m'immerge dansun nuage...
Non, pas l'amour... non... pas le sexe, non... bien au delà, dans une transe artificielle, provoquée par les molécules de THC se fixant sur les récepteurs neuronals responsables du plaisir...

Oui, je suis bien ce soir, étant enfin délivré après un long périple, je finis de tenter un second join, après des jours d'attente, après un long périple pour rouler le premier, faisant des lustres que je n'avais exercé cet art
 
I'm good... la tension rediminue...
Récapitulatif d'hier soir...
J'apprends que l'amie que j'attendais ne viendra pas, malgré de longs préparatifs pour passer une soirée agréable....
C'est ainsi... elle éprouve des sentiments pour moi, elle ne sait concernant les miens... pas assez fort, trop longtemps douté à une époque quand à une modification de nos rapports, trop peu de gestes de son égard ces derniers temps...
Je sors... la pluie bat, j'ai pris ma vieille canne de snooker... je vais jouer seul, défoule ma rage et ma solitude dans une activité qui nécessite le calme et la concentration...
Je suis rejoint par un ami qui répond à mes x sms "tu glandes quoi, un atelier ?", les verres passent, les additions s'accumulent, nous finissons par une assiette mezze accompagné d'une pita en plus sur le retour...
 
 
Et voilà... après quelques parties (encore, oui, mais misérables aujourd'hui) de snooker, me voilà, chez moi, après une autre discussion avec une amie proche... enfin proche, le genre d'amie qui depuis longtemps vogue dans une relation amant / amis / ennemis...
C'est une drole de relation, à laquelle nous aimerions mettre terme... clarifier... des sentiments, oui, non, de l'amitié, oui, non, des prises de têtes régulièrement par une mécompréhension mutuelle...
Pas évident... après l'impression de m'éloigner de plus en plus de Anne, après ces sentiments avoués récemment dont je ne doutais guère, après cette remise en question de me dire "il va falloir un jour le faire, décider de classer dans l'une des 3 boites... ami, amour, oubli...
Merde... je perds trop de gens ces temps-ci que j'aime...
 
Je suis dans un état second, je me plonge dans ce bien être au delà des considérations au fil des batements de coeur qui diffusent le THC dans mon organisme, je me laisse doucement envahir, je me détends, et j'écris...
Oui, comme je le disais il y a peu, "la plume est un art dont je rafolle avec délicatesse, elle me procure un plaisir égoiste juissif que je partage avec mes lecteurs et dont je me réjouis de les  voirs immaculés par ma prose naissante encore fraiche, tiède d'être sorti depuis peu de ma plume fébrile"

Oui, écrire est une seconde nature, un état à part, un état de calme, de repos, une sorte de déversoir du trop plein de vécu, de vu, de ressenti, de pensées...
Elle est la seule chose dont je ne peux douter, fruit magnifique de la spontanéité (tant de choses belles naissent de la spontanéité, à noter, à méditer plus tard...)
Elle est mon exutoire, une sorte de prestation où je ressors fatigué, usé, mais bien, en partie grâce à ce formidable auditoire...

Merci à vous

01:09 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Grâce à nous ? Nous ne sommes que le prétexte à la motivation... au coup de rein nécessaire à joindre le fauteuil face au clavier, le reste, les lettres, les mots qui s'enchaînent, les phrases qui se déchaînent... c'est ton coeur, tes trippes, ton inconscient qui prend sa liberté, ton conscient qui a la générosité de partager.
Pourquoi les gens ne te remercieraient-ils plutôt ?
Te remercier d'une pudeur si bien placée qu'elle permet de se situer sans épier, sans nous tenter au regard malsain du voyeur.
Non, tu es acteur et nous laisse lecteur...
Tu aimes écrire... c'est que même si tu en doute tu as le courage de vivre...
Tu sais aimer autrui... bientôt il en sera pareil à ton égard.
Sois tolérent, remercier c'est admettre que l'autre fut nécessaire et a participé... il n'a participé peut-être et encore, ce n'est pas certain, à te motiver à rédiger. Dire merci, c'est presque devoir quelque chose...
Et là, c'est nous qui te devons beaucoup... nous te devons de nous rappeler nos faiblesses, nos peurs... TON humanité...
Oui, tu ressens, pas de doute, tu es bel et bien vivant... qu'une fille t'aime, partage ton lit ou pas... tu vis, tu es là et nous renforces de tes combats...
Aujourd'hui, tu vois, c'est moi qui te dis merci...
Quel plaisir que de lire quelqu'un qui sait encore ce qu'est vivre, et nécessaire à cette vie, même si ses ingrédients sont aujourd'hui absents, toi au moins tu en es conscient.
Reconnaissant je n'en doute pas non plus, de nouvelles portes de sérénité et de bonheur ne pourront que t'être destinées.
Encore chut... merci !!!

Écrit par : amphitrite | 14/08/2004

... t'as fumé quoi pour écrire tout ça... ;o))))))

bon samedi !!!

Écrit par : Nicolas | 14/08/2004

Mmm écrire ...la + belle chose que je sais faire (si tu dis que j'écris mal jte fly Franck ! hé )
bizz ...ajd, po de rancune, jsais pas ...p-e que c'est moi qui me prend les résidus de joins ds le ventricule ...

Écrit par : Absintheae | 14/08/2004

Je rejoints Amphitrite dans ses propos... Je ne pourrai pas exprimer ça aussi bien qu'elle alors simplement merci a toi !

Écrit par : Val | 14/08/2004

Glisse etc. Parfois on tombe sur des perles. et là on remercie la pluie. Juste pour une stupide vérification d'orthographe, de tiret, et de hache.
google, gogole, "euthanasiez-moi", et voilà sur quoi je tombe..
Merci pour ta prose si fragile.

Écrit par : Mademoisaile. | 14/08/2004

Les commentaires sont fermés.