09/08/2004

Revision...

Here Am I (ou Here I Am ?) de retour de mes aventures en ardennes...
C'est un post confus que je commence, quelques idées consistantes ayant jailli pendant les 2 nuits quasi sans sommeil que j'ai passées en Ardennes, entrecoupées de safaris aux moustiques acharné et de quelques araignées écrasées (ne me dénoncez pas à la SPA ni à spiderman !) mais s'étant perdues au fil du temps.
Des fois, je me dis que je devrais noter les quelques trop rares idées lumineuses résultant de ma méditation, avoir toujours de quoi noter ou sortir ce vieux dictaphonne qui doit faire des petits dans un vieux tiroir poussiéreux...
 
Je suis en forme... enfin ... un dos bien coincé ce matin qui me rappelle que je ne dois pas dormir n'importe comment dans n'importe quelle position sous peine de le payer gravement au réveil, mais néanmoins une libido rennaissante (cela commençait à me faire peur), un mode raison qui a repris le dessus (c'était un coup de foudre mon grand, passes à autre chose), et des anti-dépresseurs qui marchent assez bien.
Mais au delà, il y a le fruit d'un travail personnel, et l'idée que je dois prochainement peut être reprendre cette thérapie, seule chose concrette qui me permettra à long terme de me sentir bien, sans être sous anti-dépresseur, acceptant l'idée d'être dépendant, mais refusant d'être comme trop de monde le fruit d'un monde où il est difficile de survivre sans être égoiste, dépressif, ou stressé.
 
En m'endormant en souriant aux souvenirs agréables de quelques relations du passé, je me suis mis à me rappeler une phrase que ce cher Olimask m'avait placé sur la table entre 2 cafés frappés... "arrêtes de vivre dans le passé"
Oui... je viens d'une certaine manière entre le passé, le présent, et depuis peu, le futur...
Je vis dans le passé car d'une certaine manière j'ai ce besoin de me dire "j'ai vécu de bons moments, je n'ai pas toujours été une catastrophe permanante dans mes relations"...
Mais bien au delà, et inconsciemment, tout, comme d'habitude est lié...
 
J'ai toujours porté le fardeau de ma personne, de mes angoisses, de mes doutes, au plus profond de moi.
Un fardeau qui a toujours fait que je me suis toujours senti mal vis à vis d'inconnus, où je me suis toujours senti comme un inconnu avec finalement peu de choses positives à apporter, peu de choses concrettes comme base de ma personnalité, et qui a toujours fait en sorte que maladroitement, par ce malaise, j'ai toujours fait le con ou donné une impression négative de ma personne qui m'a trop souvent apporté des ennuis par la suite.
Oui... je vis d'une certaine manière dans le passé, bercé entre les souvenirs des quelques personnes qui m'ont aimé et qui m'ont fait grandir malgré ma maladresse, malgré mon manque d'amour évident, malgré la crainte d'échouer, malgré la constatation flagrande que je suis une faignasse et que j'aurais pu trainer moins de casserolles si j'avais été moins maladroit, et plus courageux...
 
Et pourtant... en me levant ce matin, en me regardant dans le miroir, je me dis que finalement, je ne suis pas si mal que ça... malgré les crasses accumulées (nourriture et boissons surenrichies), mon corps reste encore correct, ma gueule est correcte, et finalement, j'ai de la suite dans les idées... parfois un peu trop.
25 ans, célibataire, 4 grandes relations véritables, quelques amis qui comptent et qui sont des gens biens, en fin de graduat... non... je n'ai pas trop de quoi me plaindre, j'ai encore quelques années devant moi avant de me dire d'avoir échoué, même si finalement, l'échéance se rapproche de manière consciente parfois... merde... j'ai beau me raisonner, je me sentirais mal de finir ma vie seul et sans avoir fondé de famille heureuse, sans job qui me plaise, sans statut social élevé.
Non... je suis jeune encore, même si l'échéance de mes examens arrivent à grand pas et que je me dis tout doucement qu'il serait temps dans les prochains jours de me décider à cadenasser ce pc, à bosser plus et à sortir plus dehors, et à enfin être un peu courageux dans ma vie, parce que finalement, on ne gagne pas sa vie en analysant et en refaisant le monde certains soirs...
 
Finir mon café, penser à aller payer mes factures et à chercher un ventilo pour compenser le manque de courants d'air dans mon flat qui le transforme en fournaise, réouvrir ces pages et ces pages... le monde tourne

17:23 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

en passant ....je te souhaite une belle nuit .....
Bizzzzzzzzz

Écrit par : bio | 09/08/2004

Les commentaires sont fermés.