05/08/2004

I was almost honest ?

Humanité...
Ces mots résonnent dans ma tête tandis que je grimpe les escalators pour arriver en haut de mérode, le temps de boire un verre avec une amie, le temps de me dire que je devrais me barrer, le temps de me dire que ca va être une soirée de merde parce que cette connaissance a l'esprit aussi rempli qu'une pastèque, le temps de réfléchir à diverses choses sur mon égocentrique personne...
 
Humanité...
L'humanité est un paradoxe... elle représente le paradoxe de la vie humaine... elle est la plus belle chose et la pire chose dont nous ayons été doté à notre naissance.
Elle peut amener à de grandes choses... l'amour, l'amitié, la confiance, le bien être, les sentiments... et ceux-ci peuvent mener à la guerre, à la haine, à la destruction.
Depuis le nombre misérable d'années terrestres où la forme primitive de pensée s'est développée, nous avons passé notre temps à évoluer, à concevoir, à innover, à améliorer, à détruire...
Nous construisons, nous détruisons... l'amélioration de la médecine est équilibrée par la puissance de destruction que nous avons engendré... un riche équilibre en somme, nous vivons mieux, le taux de mortalité enfantine diminue, nous mourons en plus grand nombre lors de conflit, les guerres renouvellent la population, relancent l'économie...
 
Je continue de grimper ces marches, la respiration s'accélère, poumons de fumeurs qui ne sont pas encore reblindés par la reprise récente de mon traitement pour l'asthme, et je continue de penser...
OUI, couillon, tu souffres parce que tu as été honnête, parce que tu as tout simplement été humain et donc tu as exprimé ce que je ressentais, parce que tu es humain encore, cela implique également la création d'une émotion nommée "souffrance"...
Mais que serait le monde sans humanité... que ferais-je si un jour, je me réveillais, et si je ne ressentais plus rien, si je n'étais ému par aucune chose ?
Question idiote... oui, ce stade, j'y étais arrivé à force d'années et d'entrainement... c'est ce qui a fait qu'un soir, j'ai disjoncté, que j'ai voulu arrêter ce jeu qu'est la vie... parce que j'avais assez de sang-froid, assez de conscience, et trop peu d'humanité, de sensations, de vie pour tout simplement continuer dans cette morosité qu'était devenue ma vie, et pour pouvoir avoir l'intelligence (ou la folie ?) de calculer chaque détail de la fin de cette partie et des implications que cela engendrait...
 
Et pourtant... je suis là, ce soir, à me demander ce que je dois faire... si je dois retomber dans cette inhumanité, retomber dans une vie basée sur la seule confiance en un esprit extrèmement cartésien, logique, analytique, philosophique, ou vivre tout simplement, avec ses doutes, ses errances, ses espoirs, ses rêves à la con, ses douleurs, ses cicatrices...

Suis-je humain ?
Au fil du temps, j'ai acquis cette horrible possibilité de laisser développer mes sentiments à l'extrême, d'aimer comme un fou, d'aimer à tort sans me méfier, sans crainte, tout en acquérant la possibilité de faire disparaître tout sentiment en l'espace de quelques instants pour le remplacer par un mode machinal - pensée - réflexion - analyse - computation - création d'un plan - application du plan sans aucun scrupule...
Cela fait froid dans le dos... je suis devenu un parfait petit robot, capable du pire, du meilleur, trop humain tout en étant totalement dénué de scrupules, de conscience et de sentiments...

Power down, débrancher la prise... I was almost honnest...
 

23:41 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Ben oui tu es " humain " essaies d'arrêter de tourner en rond tout le temps
respire, laisse-toi aller....
Bonne nuit à toi

Écrit par : Bad' | 06/08/2004

Hélas... Nous ne nous laissons jamais aller, excepté dans un bon bain, sous la douche, ou dans les bras d'une femme...

Écrit par : Mr P & Mr F | 06/08/2004

et alors ? quel est le problème ?
etre humain...mais bien sûr et alors...chacun d'entre nous a ses forces et ses faiblesses. Tu sais qu'elles sont les tiennes, cela te rend déjà donc plus fort...A nous d'assumer ce que l'on est...et relativisons s'il te plait...

Écrit par : delphine | 06/08/2004

Les commentaires sont fermés.