02/08/2004

Out of bounds !

Here I am, here we go...

La paella mijote doucement dans la casserole... huile, mélanger, mettre le couvercle, pour la xème fois mélanger, se rappeler comment cuisiner un truc potable, cela fait des lustres... des lustres que je n'ai plus pris le temps de cuisiner réellement, habitude que j'avais prise en couple et qui s'es doucement dissipée dans les vapeurs de l'alcool et de la solitude, compagnons ordinaires depuis quelques mois...

Mon esprit n'est plus très clair, les volutes de cigarette enchaînées avec 1 ou 2 verres ce soir, la fatigue - 48 heures quasi avec peu de sommeil - flashback des événements…

Yesterday… un grand sourire aux souvenirs d'une soirée en compagnie des 3/4 des gens que j'aime, qui comptent vraiment pour moi, pour qui je compte réellement, qui m'apprécient malgré ma connerie, malgré ma lourdeur, malgré mes erreurs...
Un grand sourire en voyant les photos prises lors de cette longue soirée, un grand sourire de voir 2 personnes que j'aime également s'être rencontrés à cette soirée, et de voir une belle histoire qui commence également. 

(retourner tourner la paella, merde, ca attache, mode je touille à mort, je gratte, sortir une assiette, vider le truc, mettre de l'eau au fond de la casserole aie c'est chaud, trouver un sous-plat, la chaleur et la plaque en verre de la table du salon cela ne la fait pas ... aie... c'est chaud... retour...)
 
Je suis perdu... méchamment... je suis bien en étant perdu, situation paradoxale...
Il y a 3 ans, je rencontrais Catherine… 7 mois de bonheur, l’amour avec un grand A., 2 ans pour faire véritablement le deuil total, 2 ans pour ne plus avoir mal au cœur, ne plus sombrer, en y repensant, en la revoyant, en recroisant son regard…
3 ans après pendant lesquels j'ai aimé sincèrement néanmoins, construit, défait, quelques mois récents où je ne voulais plus rien, excepté oublier certaines choses du passé, du présent, sans savoir où j'errais-je, à étaler ma vie en de grandes lignes inintéressantes, à essayer de trouver quelque chose, où j'essayais de me reconstruire, de pouvoir aimer sincèrement... un miracle se produit
Cette chose indéfinissable qui vient du fond des tripes, qui fait que l'on se sent invulnérable, qui booste, qui donne envie d'avancer, de construire de grandes choses... qui fait que réussir cette année, trouver un job qui me plaise - bien payé, pas trop stressant -, passer cette saloperie de permis... merde, devient quelque chose d’indispensable…, cette chose est là, tapie au fond de moi, grouille, gronde…

Le coeur rebat, booste même... je me sens bien, je sors, je ferme les yeux en marchant pour sentir la chaleur du soleil, la douceur du vent, pour respirer l'odeur des fleurs... un grand sourire jusqu'aux oreilles, une envie de vivre, de croquer à pleines dents, des pensées ailleurs, et pourtant…
Et pourtant, d
epuis quelques jours, la liste des gens envoyés baladés ou effacés définitivement augmente sans aucun scrupule, petit pincement au cœur de ne pas avoir pu apporter certaines choses à des gens bien, de ne pas pouvoir faire certaines choses sans faire de mal, d’être humain, de commettre des erreurs, et de ne pas pouvoir effacer certaines choses…
 
Je suis bien, j'ai un sourire jusqu'aux oreilles, et j'ai peur... peur de me planter, peur de cette force qui me met sur un petit nuage mais qui pourrait aussi me faire descendre en plein enfer...
J'aime trop, j'aime mal... c'est tout ou rien... merde... ne pas s'emballer...

C'est l'été, le soleil brille, le ciel est bleu, tout le monde est heureux…
yeah !


01:06 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

pourquoi ? Pourquoi y croire ?; pourquoi y penser ?; pourquoi le vouloir ?; pourquoi l'oser ?;
parce que dans ce monde et cette vie de misère, il donne l'espoir de bonheur et de joie, parce que dans nos coeurs fragiles d'une douceur amère, il donne une raison à notre si belle foi.
pourquoi lui sourire ? pourquoi lui montrer ?; pourquoi l'entretenir ?; pourquoi l'idolatrer ?;
parce que dans les bons comme les pires moments, il donne envie de vivre et d'aprécier. parce que dans son feu des plus ardents il donne l'espoir de se voir récompenser.
Pourquoi en gouter ? pourquoi en jouir ?; pourquoi le louer ? pourquoi le maintenir ?;
parce que nous en avons besoin, pour pouvoir deguster son si beau plaisir.
parce que sans lui, c'est l'impression d'un vide au loin, que seul lui peut combattre et détruire.
pourquoi s'en nourrir ? pourquoi s'en abreuver ? pourquoi s'investir ?; pourquoi s'aimer ?;
parce qu'au fond de nous il nous donne faim, de tout ce qu'il porrait nous apporter. parce qu'après tout quand sa flamme brulante nous rejoins, il nous berce et sais nous faire danser.

aime...sans scrupules, sans regrets, sans limites. aime bien ou aime mal, ce n'est pas le plus important...aime tout simplement.

Écrit par : delphine | 02/08/2004

... "tout le monde est heureux", c'est beaucoup dire... ;o)))

Écrit par : N. | 02/08/2004

gut habe alles verstanden .....you could have confessed it by my own, not here ...everything but brave...just a boy

Écrit par : Drey | 02/08/2004

Les commentaires sont fermés.