31/07/2004

Train of consequences...

Regardant défiler les paysages devant moi sous le filtre de mon propre reflet renvoyé par la vitre, je laisse voguer mon esprit au fil des divers traits de couleurs qui dansent sous mes yeux...
Je passe devant une usine, et je ne peux m'empêcher de repenser avec quel effroi, par le plus grand des hasards, je suis passé à une centaine de mètres de l'usine de Ghislenghien...
Le spectacle est édifiant, stupéfiant... les volutes de fumées qui s'en dégageaient une bonne 10zaine d'heures après l'incident, la profondeur visible du cratère laissé à la place de l'explosion, l'acier de quelques voitures fondu comme du plastique, et spectacle macabre, quelques curieux badauds souriants en train de photographier la scène, ou s'amusant à regarder ce décor d'apocalypse.
Un vent glacial venu de nulle part s'empare de moi - l'être humain peut être vraiment méprisable des fois.
 
Je pense, je suis touché... je n'ai appris la catastrophe qu'en passant devant, mon rapide zapping sur AB3 entre 2 blocs de feuilles remplies d'équations comatantes s'étendant plus sur le retour de Myke Tyson qu'autre évènement.
Je suis touché en imagineant ces familles brisées... je suis touché par les images qui défilent inconsciemment de ce spectacle qui me fait penser à quelque grosse production hollywoodiennne - sic, un sourire cynique... merde... -, de ces gens qui ont perdu la vie par hasard un matin quelques heures après avoir dit au revoir (peut être trop furtivement ?)à leur épouse et à leurs enfants
Je me dis aussi que si ma soirée avait été remise la veille, j'aurais peut être pu faire partie de ces victimes... être là, au mauvais moment...
 
Les paysages défilent... je regarde les trains passer, mon discman tourne toujours vissé dans mes oreilles, j'observe autour de moi, Bruxelles s'approche de mon regard, et également la délivrance... rentrer, prendre une bouteille de bru, s'étendre quelques heures, récupérer de la soirée, se changer, passer faire les courses, repartir pour un bbq, courir - se changer, dormir - rechanger de fringues, café, boulot, Merde...

Je m'engouffre dans la station de métro, une brise fraiche venant de nulle part souffle, je m'avance dans cette foule, nous ne sommes que des inconnus... je sens un parfum léger, j'en croise d'autres... j'aime sentir ces parfums, ils provoquent un bien être chez moi...
Je rentre dans le métro, le wagon est infesté d'une odeur nauséabonde... merde... les gens pourraient se laver ou mettre du déo quand même... je me penche légèrement... mouais... le mien est en fin de vie aussi, alors qu'il ne date que d'une heure, maudite chaleur

Je rentre, je poste, je m'étends... soupir... la tête dans les nuages, bercé par le ronronnement de la climatisation de l'Hilton à un petit mètre de ma fenêtre...
Please wait, Player One plays once again.

14:54 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bon week-end à toi BiZouuuuuu ;~))

Écrit par : Bad' | 31/07/2004

hello ... C flippant ce truc de gaz qui a pété .....grave ...ça m'a fait tout bizarre aussi ..j'étais encor' au lit avec mon mamour de GSB et j'ai entendu les sirènes ...pompiers ,ambulances et j'ai bien pensé qu'il se passait qqc de grave ....
On s'demande pkoi ça pue autant dans le métro ....y a plus d'savon ou quoi ...purée ...
Ca va mieux ...toi ....hein ;-))))
Bonne fin de we au soleil ....et gros bisous ...

Écrit par : bio | 31/07/2004

Les commentaires sont fermés.