28/07/2004

Where ?

A cette heure, il n' ya quasi âme qui respire, elles sont toutes bien au chaud, dans leur lit, dans des rêves sûrement agréables
A cette heure, le calme et le silence de la nuit règnent
A cette heure, je rentre, et je me sens soudain pris d'un grand moment de solitude...
 
Je ne cesse de rencontrer des gens... je ne cesse de recevoir ces temps-ci des témoignages touchants de  gens qu'un geste un soir a marqué, de voir des sourires d'inconnues fort plaisantes, de recevoir des sms ou coup de fils de gens qui me tiennent à coeur et pourtant....

Toujours cette horrible impression... cette impression que phoenix a depuis longtemps... qui suis-je... d'ou est-ce que je viens... pourquoi... oui pourquoi...
Ma vie est trop complexe... certaines personnes en connaissent une partie, d'autres une autre partie...
Je suis un mystère tout entier que l'ensemble des connaissances que j'ai, par leur impression sur ma personne, par les confidences, pourraient en partie retracer, rassembler, et pourtant... derrière tout cela, il y a quelque chose qui fait que, bordel... je me sens méchamment perdu, depuis un bout de temps

J'aide... j'aide les gens autour de moi, j'essaye de construire une vie équilibrée, je m'entoure de gens sains, je vire petit à petit les gens fourbes, profiteurs, faux-cul, au fil des choses que je sens, que je vois, que je lis, et pourtant, au fond... il y a cette impression d'être perdu dans un univers infini, dans lequel je me raccroche certains soirs à une bière ou à une clope, pour faire passer le temps, pour tuer le temps, pour tuer cet esprit, pour tuer cette conscience...
 
Si seulement, je pouvais être simple...
Si seulement je pouvais arriver à trouver cette force qui doit se trouver quelque part en moi, à m'y aggriper de tout mon être, de tout mon corps, pour avancer, pour me sortir de cette solitude et cette perdition profonde...
Si seulement je pouvais me sentir bien, avoir confiance en moi, arrêter de me perdre, de prendre x chemins, de perdre et de connaître x personnes, si seulement je pouvais vivre des histoires d'amitié, d'amour, de famille, professionelles simples, stables, avec un échange équilibré... dans tout, je me sens lésé ou je sens que je lèse...
Bordel...
Je ne peux appeler personne, ni ma famille, ni mes proches, ni ces êtres aimés, parce que tout simplement je ne sais pas quoi dire, je ne saurais pas quoi leur dire...
J'ai juste une fois de plus envie de pleurer... et de dire combien je suis franchement désolé d'être parfois une telle catastrophe humaine, d'une telle faiblesse actuellement, d'être aussi mal...

Finir cette clope, prendre ma ptite pillule, aller dormir, me lacher un bon coup...
Bordel, je déteste être humain certains soirs... Citizen, Freedom où êtes-vous bordel... j'veux un peu d'enfoiré, je veux être un peu fils de pute, je veux être un peu de barbare, je veux un peu de brutalité, je veux un peu de cynisme, je veux tout... je prends tout
Files moi un peu d'xtc, un peu de white widow, un peu d'amour, un peu de tendresse, un peu de sourire, un peu de sexe, un peu de xanax, files moi la total, je te prends tout, mais vires moi cette saloperie de faiblesse et d'apitoiement que je méprise au plus profond de mon âme, qui me fait rugir, qui me fait hair...
 
Je déteste me sentir ainsi, je déteste me sentir au plus profond de l'âme, au plus profond de la médiocrité, je déteste me voir chuter, moi, le grand, moi l'ambitieux, moi l'enfoiré... moi qui ai toujours su comment et pourquoi mener ma vie et mener celle des autres, moi qui ai toujours su diriger, ordonner, coordonner, improviser, créer...
Je suis incapable depuis un petit temps d'innover, de créer, de coordoner ne fut-ce que ma simple et misérable petite vie qui se limite actuellement à rester stable, à rester bien, merde...
Je rage... je déteste cette saloperie d'humanité qui m'habite, qui me hante, qui me ronge, je déteste aimer, apprécier ces sourires et ces regards envieux, je déteste ce luxe, ce strass dans lequel je baigne malgré moi ou grâce à moi depuis des années, je déteste l'être superficiel qui a remplacé les véritables grandeurs des choses simples et profondes comme l'amitié, l'amour par des choses superficielles comme la carrière, le strass, la réputation, le m'as-tu-vu, l'argent...
Je veux aimer et être aimé simplement, sans problème, vivre une vie simple et pépère, être bien, je veux être naturel, tout simplement
 
Files moi un peu d'xtc, un peu de white widow, un peu d'amour, un peu de tendresse, un peu de sourire, un peu de sexe, un peu de xanax, files moi la total, je te prends tout, mais vires moi cette saloperie de faiblesse et d'apitoiement que je méprise au plus profond de mon âme, qui me fait rugir, qui me fait hair...
 
Je finis cette clope et je vais dodo, ca vaut mieux... bordel, lobotisez moi et euthanasiez moi l'esprit et la conscience...
 
"Only yesterday they told me you were gone
All these normal people will I find another one?
Monkey on ny back, aching in my bones
I forgot you said "One day you'll walk alone"
 
...
 
Who will help me up?
Where's the helping hand?
Will you turn on me?
Is this my final stand?

I'm addicted to chaos"


02:32 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Poem to a horse... ya too far to bring you close, to hight to see below
just hangin on ya daily dose

i know you never needed anyone but the rolling pape fi ya grass : how can you give what you don't have ...

you keep on aimin for the top, quit before you swet a drop:
feed ya empty brain with ya hydroponic pot
i bet you'll find someone like you, coz there a foot forevery shoe
wish you luck, but i've other things to do

i'll leave again coz i've been waiting in vain,
you're so in love with your self, if i say, my heart is soar,
sounds like a cheap metaphore ...i wont repeat it no more

i rather eat my soup with a fork, or drive a cab in NY
coz talkin you is harder work
'n what's the point o' wastin all my words, this is just the same or even worse
than reading poems to a horse ....


....who would you smile for if i had ever sung it?
...........==> what would you thing of i sung outa tune, would you stand up 'n walk out on me ? ...lend me ya ears 'n i'll sing you a song 'n i'll try not to sing outa key ..oohh get by with a little help from my friends

à toi de voir qui jpx être ...i can leave again ...pretty sure nobody 'd ever matter

Écrit par : Drey | 28/07/2004

Douh ! :(

Écrit par : Mr P & Mr F | 28/07/2004

Les commentaires sont fermés.