07/07/2004

People... why ?

Le soleil brille, l'atmosphère est chaude - Rue Neuve, 13h -

Ici et là, une masse grouillante et gluante est engouffrée dans cette artère, s'arrêtant ci et là pour rentrer dans une enseigne guidés par l'attrait d'une publicité racolleuse aux titres similaires - soldes - moins 20, 30, 40 % !
Je rentre, guidé par ma curiosité, l'oeil attiré par la même occasion par quelques courbes féminines agréables.

Tel un supplice de tantale, des jeunes femmes se promènent, les regards fusent, les courbes ondulent... ... aouhh... penser à camoufler mes oreilles et ma machoire de loup affamé...
L'été est là, les tenues se racourcissent, et les hormones se réveillent, malgré ce sentiment bizarre de dégoût, de rejet, de méfiance vis à vis de l'amour et des femmes acquis au fil du temps
 
Bordel... j'ai faim...
Voir tant de peaux douces au regard, sentir autant de parfums légers flâner dans l'air comme un voile soulevé par la chaleur et le vent, me donne inconsciemment des idées...
Contraste assez bizarre entre une envie de tendresse, de douceur, de soirée romantique au clair des bougies, de sexe passioné contre un mur ou sous des draps de lin... le sexe, l'amour, et la passion seraient-ils finalement des concepts intimement liés ?
 
Une glace italienne en main, je me dirige vers le métro - bordel, c'est bon ces saloperies -, et je découvre certaines joies auxquelles j'ai rarement gouté durant mon enfance, ma mère étant omnibulée par le lien sucreries - caries...
Sourire... ces années perdues ont fait de moi un adulte - enfant, qui en se découvrant soi-même en découvrant le monde, découvre aussi ces petits plaisirs simples et inavoués que trop d'adultes ont perdu à travers les méandres du temps et qui ressurgissent parfois lors de la venue d'un enfant.
 
Ces sourires, ces regards croisés, cette vie autour de moi me nourrit.
Je me baigne dans cette atmosphère détendue, bonne enfant, insouciante, et je me prends au jeu également de laisser le temps s'arrêter l'espace d'un moment, le temps de ralentir mes pas, et de prendre une bonne respiration, et de jetter un moment ces pensées qui me ramènent vers ces plaies que je tente d'oublier
 
 
Parc du Botanique -  un sandwish Croq In légèrement garni de salade iceberg
Celui-ci m'a vallu une petite altercation verbale avec la serveuse, celle-ci refusant obstinément de me rajouter une petite poignée malgré ma demande polie et correcte, prétextant un quota par client quotidien), et je m'arrête en compagnie de mon ami N.

Quelques badauds étendus dans l'herbe et une fontaine d'où jaillit le murmure calme et appaisant de jets d'eaux filigrames sont les témoins de nos échanges, de nos confessions.
Il m'aparaît clairement que reconstituer le fil du temps effacé, que de me baigner l'espace d'un instant dans les souvenirs passés d'amours épurés me replonge dans l'atmosphère sécurisante et agréable du moment pour mieux raviver ces plaies.

Quelque part, quelqu'un parle peut être au même moment, avec les mêmes idées, les mêmes angoisses, les mêmes doutes...
J'aime à le croire, car quelque part, lorsque je rentre comme ce soir après une excellente soirée pour l'anniversaire d'un ami cher, en compagnie d'êtres chers et que survient une crise d'angoisse, il me manque ce quelque chose.
Ce quelqu'un sur qui poser mon épaule, quelqu'un que je pourrais regarder, enlacer, parce que je n'ai ni la force, ni l'envie de parler, juste simplement de recevoir cet amour, et de dire silencieusement "merci d'être là..."
 
 
At Home - 02h07 -
Dernière clope, fin d'une maes, Darude _ Touch me feel me dans les oreilles, le calme de la nuit comme compagnon, je m'en vais poser ma plume, et me reposer.
Demain sera de nouveau un combat - le mien - pour faire un pas, avancer vers la sérénité, l'effeuillage de ma personne pour mieux apprécier le cadeau des êtres qui m'entourent, et reprendre confiance en moi

Un long combat, mais chaque jour dans cet esprit est un pas de plus
 

02:10 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

... la sagesse d'un homme est d'être persuadé de son fait... et tu l'es... ;-)

Écrit par : Nicolas | 07/07/2004

.... Oh oui crois moi "Quelque part, quelqu'un parle peut être au même moment, avec les mêmes idées, les mêmes angoisses, les mêmes doutes... "
Dans la brain masturbation je suis passée maître ;-)

Écrit par : Babylou | 07/07/2004

Les commentaires sont fermés.