05/07/2004

Destins croisées

Freedom le Barbare et moi-même revenions de soirée, et aussi opposés soient notre vécus, aussi différents soient nos comportements, nos réactions, notre vécus, aussi frappant est le fait que nous sommes indubitablements proches...
 
Freedom (dit le Barbare) vient de loin... d'une époque où l'on ne connaissait le feu, où nulle règle excepté celle de la survie n'existait.
D'ailleurs, personne n'avait jugé utile d'en imposer d'autre... cours ou meurs, une règle qui prédomine malgré les millénaires...
Son intelligence (mais qu'est-ce donc que l'intelligence, débat contreversé depuis des siècles qui oppose les plus grands scientifiques, scientiologues, philosophes...) ne se résumait qu'à un ensemble de réflexes conditionnés, ce genre de réflexes primaires qui remontent parfois dans certaines situations extrêmes, où la vitesse de la pensée est encore bien trop lente pour être efficace, ce qui lui suffisait à cette époque.
Dans ce monde actuel, il n'était, véritablement, malgré son état d'adulte comme bien des gens, qu'un enfant.
 
Phoenix, lui, naît dans ce siècle... dans une époque où toute personne cotoie en permanence les sciences, la philosophie, la morale, l'éthique et... l'instinct de survie.
Celui-ci vécut une enfance assez correcte, élevé dans une famille qui n'avait jamais connu la faim, la soif, la souffrance physique, la privation de liberté, l'absence d'accès à la connaissance.
Et pourtant, dénué d'une Famille, celui-ci prit, comme bien des gens dans ce monde, un mauvais chemin... jusqu'au jour où la providence, où tout simplement le hasard, firent que par un événement bien précis, celui-ci réalisa qu'il devait changer de route...
Quelques temps plus tard, cet ensemble de choses extraordinaires et indéfinissables que certains nomment chance, destin, hasard, signe du tout puissant et autres, fit qu'au cours d'un accident, il perdit la majorité de ses souvenirs entre son adolescence et le moment présent
 
Freedom et Phoenix, aussi opposés l'un de l'autre par leur vécu, leur comportement, leurs réactions et les diverses expériences de la vie, étaient néanmoins proches...
Ils ne savaient qui ils étaient - enfin, ils en avaient une vague idée -, et la dérive dans ce continuum espace-temps nommé souvenirs ne pouvait véritablement rien apporter, excepter raviver de vieux souvenirs - une cicatrice fort frêle qui malgré les années, resterait au fond d'eux -

Nous sommes en 2004.
Nous sommes, finalement, à l'image de ce monde, nous nous cherchons, nous avançons au gré des victoires, des défaites, des rêves, des désillusions...
 
Nous sommes quelqu'un sans être qui ou quoi que ce soit.

Nous essayons simplement de nous adapter, et d'être dans cette grande équation de la vie que Darwin un jour nomma sans imaginer les conséquences de ses paroles "la théorie de l'évolution"

Vis ou meurs... L'organisme qui s'adapte survit...
Ou nous ferons à jamais, malgré le sang qui coule dans nos veines, malgré ce que nous construirons ou tenteront de construire, partie du passé...

01:41 Écrit par Mr P & Mr F | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.